Rétrospective 2020

Retour sur cette année exceptionnelle pour tous les volets des missions de Santé publique France. Une année dense évidemment, en travaux mais aussi en avancées et en succès pour la santé publique.

Mis à jour le 28 janvier 2021
Dans cet article

Covid-19

Santé publique France donne l’alerte au début du mois de janvier et publie une première définition de cas de Covid-19 le 10 janvier 2020 dans le cadre d’une surveillance spécifique qui se met en place en lien avec nos partenaires. Le 13 janvier, l’agence met en place un centre opérationnel, en charge de la réponse à la crise sanitaire, en rassemblant l’ensemble des agents impliqués sur tout le territoire, autour de ce qui sera ensuite défini comme le programme Covid-19. Ce dernier est structuré en 8 fonctions principales. Leur rôle :

  • organiser le système de surveillance épidémiologique,
  • former les médiateurs au Contact tracing,
  • élaborer les outils de communication et de prévention,
  • évaluer le risque et contribuer à l’expertise scientifique,
  • déployer la réserve sanitaire et gérer les stocks stratégiques de l’établissement pharmaceutique.

1.    Coordination et pilotage opérationnels et agent de liaison

Afin d’assurer la mise en visibilité interne et externe des actions menées par Santé publique France, la fonction coordination et pilotage opérationnels est en charge du suivi de la prise en charge des demandes, de leur affectation auprès des différentes fonctions et/ou directions concernées, de leur suivi, de leur traçabilité, et de l’avancement de la réponse.

Cette fonction participe à l’analyse de risque pour l’agence en termes d’organisation et organise la préparation de l’agence aux enquête(s) parlementaire(s) notamment. Elle organise également des retours d’expérience afin d’améliorer les capacités de résilience de l’agence et d’assurer son renouvellement. Elle assure en lien avec le pilotage scientifique l’animation scientifique inter-directions, interrégionale pour la bonne circulation des informations au sein de l’agence. En complément, afin de faciliter la communication avec nos partenaires, l’agent de liaison est en relation direct avec les tutelles, il assure la circulation des informations pour une meilleure organisation de la prise en charge des demandes.

2.    Surveillance, production, restitution de données et indicateurs

Afin de surveiller l’évolution de la pandémie de Covid-19 et en informer en temps réel à la fois les décideurs et le grand public, Santé publique France, en collaboration avec ses partenaires, automatise dès le 13 mai 2020 un nouveau système national de recueil d’information de dépistage sur lequel est systématiquement enregistré l’ensemble des résultats des tests virologiques (et antigéniques depuis le 8 décembre) réalisés par les laboratoires de villes et ceux des établissements hospitaliers.

En parallèle des données épidémiologiques, une surveillance psycho-comportementale, CoviPrev, a été mise en place avec un recueil initialement hebdomadaire, puis mensuel.

A partir des données recueillies à travers différents système d’information, Santé publique France produit un bilan épidémiologique quotidien transmis au centre de crise du ministère chargé de la Santé. Chaque jour, les chiffres clés sont actualisés sur notre site internet. Chaque semaine, des points épidémiologiques nationaux et régionaux sont publiés pour suivre d’une part, la circulation du SARS-CoV-2, la morbidité et la mortalité associées à la Covid-19, et d’autre part l’impact de cette circulation sur le système de santé (niveaux d’occupation des lits hospitaliers).

Ce dispositif flexible est adapté avec réactivité à chaque étape de l’épidémie et a contribué, en continu, à l’expertise scientifique. Il s’agit d’un système complet multi-sources mesurant en routine 83 indicateurs permettant la surveillance de la circulation du SARS-CoV-2, de ses principaux variants, mais également de syndromes associés tels que les infections nosocomiales, les syndromes inflammatoires multi-systémiques pédiatriques (PIMS) etc., et ainsi l’identification des zones d’alerte et des populations particulièrement vulnérables. Ces indicateurs présentent par exemple la part de personnes hospitalisées, admises aux urgences, décédées etc. avec un signalement Covid-19, par classe d’âge et par sexe.

>31

millions de visites sur Géodes

Dans la publication de ces résultats, Santé publique France a adopté une politique de transparence en communicant systématiquement 7 jours sur 7 : les principaux indicateurs sont mis à disposition en open data sur Géodes sous formes de tableaux, de synthèses mais également de cartes interactives permettant de suivre l’évolution de la pandémie à plusieurs échelons géographiques, du national jusqu’à la commune, pour une visibilité de la situation au plus près des réalités individuelles. Depuis, Géodes a enregistré plus de 31 millions de visites, et près de 110 millions de pages ont été consultées, ce qui témoigne de l’intérêt des français pour une communication quotidienne et transparente de la surveillance épidémique.

3.    Expertise, évaluation, coordination au niveau territorial

En appui aux ARS (Agences régionales de santé), Santé publique France assure le suivi contextualisé de l’ensemble des indicateurs, l’évaluation du risque au plus près des territoires, et le soutien à l’investigation et au contact tracing de niveau 3 (contrôle des clusters).

Les cellules régionales de Santé publique France ont effectué un suivi au plus près des acteurs de terrain, adapté aux problématiques territoriales que ce soit dans le cadre de la production d’indicateurs épidémiologiques, d’évaluation de mesures locales pour freiner l’épidémie ou pour le suivi de la campagne vaccinale. Elles travaillent en étroite collaboration avec les autorités locales afin d’assurer une bonne adéquation entre les situations locales et les directives nationales. L’expertise développée à l’échelon territorial est nécessaire à la mise en visibilité des enjeux spécifiques à chaque région, voire à chaque département, et permet une meilleure réactivité des décideurs pour répondre à des potentielles situations critiques en termes de dynamique de l’épidémie.

Enfin, nos cellules régionales assurent une mission de communication de proximité avec les partenaires locaux afin d’assurer un large partage des informations.  

4.    Connaissances, études, expertise

Santé publique France a initié ou participé à la mise en place de plusieurs études autour de la thématique Covid-19 mettant ainsi son expertise au service de la production de connaissances sur la maladie, ses modes de transmission et son impact en population générale ou auprès de groupes spécifiques (travailleurs indépendants, enfants, personnes en grande précarité, hommes ayant des rapports sexuels avec d’autres hommes, etc.).

Ainsi, les études ayant porté sur les facteurs sociodémographiques, les comportements et pratiques individuels associés à l’infection par le SARS-CoV-2, celles ayant porté sur l’analyse de la relation Covid-19 et conditions environnementales (telles que l’analyse de la pandémie au regard du changement climatique) ont permis une meilleure compréhension des modes de circulation du virus.

En complément, des études ont été réalisées pour documenter l’impact de la pandémie et de sa gestion sur la santé mentale des français, plus globalement sur la santé et le recours aux soins en population générale ou en sous-groupes spécifiques (personnes âgées, femmes enceintes, jeunes etc.), sur les inégalités sociales de santé (en termes de morbidité ou de surmortalité), sur les modifications des conditions de travail pendant le confinement, ou encore sur l’adoption de comportements à risque (consommation d’alcool, de tabac, de psychotropes, évolution des addictions etc.) ou les modifications engendrées sur les pratiques d’activités physiques, la sédentarité et l’alimentation.

Certaines de ces recherches sont réalisées exclusivement par Santé publique France, d’autres en collaboration avec différents partenaires (Inserm, universités, CNAM etc.) et toutes participent à la production de connaissances sur le virus, ses modes de circulation et son impact sur différents aspects de la vie des français (notamment professionnel, social et médical). En complément, une veille épidémiologique internationale permet de suivre l’évolution de la situation dans le monde et d’apporter aux décideurs des éléments de comparaisons internationales sur les mesures mises en place.

Enfin, tout au long de la crise, Santé publique France a entretenu des liens étroits avec plusieurs équipes de modélisateurs avec qui des travaux communs ont été menés, contribuant à éclairer les décideurs sur la situation épidémiologique.

5.    Prévention, promotion de la santé et marketing social

Fort du constat d’une circulation épidémique liée aux comportements individuels, Santé publique France a développé des outils pour prévenir la transmission du virus par l’adoption des gestes barrières, documents à destination des professionnels de santé et du grand public (affiches, flyers, spots télé et spots radio), téléchargeables via le catalogue. Des vidéos pour accompagner la population dans la gestion de cette crise ont également été développé, ainsi que des supports pour promouvoir la continuité des soins.

Afin de répondre au mieux aux besoins de chacun, des supports et des outils adaptés aux populations en situation de vulnérabilité ont pris en compte les enjeux spécifiques de la littératie en santé et les inégalités. En complément, pour prévenir les comportements à risque liés à l’accroissement des vulnérabilités pendant la crise sanitaire et notamment lors des périodes de confinement, les lignes d’écoute (Drogues Info Service, Tabac Info Service, Alcool Info Service et Joueurs Info Service) se sont rapidement adaptées pour informer, soutenir, écouter et répondre aux besoins spécifiques qui ont émergé pendant cette période.

Ainsi, Santé publique France met directement son expertise, et plus généralement les nouvelles connaissances produites, au service d’une application opérationnelle, notamment en termes de promotion de la santé, garantissant ainsi une offre de service public fondée sur des savoirs scientifiques.

6.    Gestion des achats et stocks stratégiques et interventions de la Réserve sanitaire

A la demande du ministère chargé de la Santé, Santé publique France a acheté, importé, stocké et distribué des masques, des équipements et des produits de santé pour la protection des Français et de leurs professionnels de santé. Réparties sur le territoire, de nombreuses plateformes logistiques ont permis le stockage d’abord des 4 milliards de masques et plus largement de tous les équipements de protection individuelle, mais aussi des tests, d’équipements et de matériels hospitaliers tels que les respirateurs et les médicaments de soins de réanimation, puis des millions de vaccins reçus afin d’assurer leur redistribution auprès des établissements sanitaires.

De plus, dès janvier, la Réserve sanitaire a assuré le suivi médical des ressortissants français revenus de Chine. A partir du mois de mars, elle est intervenue en renfort d’équipes dans des établissements de santé et médico-sociaux ainsi que dans d’autres structures telles que les Agences régionales de santé (ARS) en Métropole et en Outre-Mer.

Elle a permis à ces structures de faire face notamment aux différents pics d’affluence dans les services hospitaliers survenus à la suite des pics observés sur les taux d’incidence, selon les besoins locaux. Grace à la mobilisation nationale de nombreux professionnels, au total, cela a représenté à date plus de 40 000 journées de mission réalisées dans 16 régions.

7.    Stratégie vaccinale

Santé publique France est fortement engagée dans la lutte contre l’expansion de la pandémie Covid-19 et est en ce sens particulièrement impliquée dans la stratégie nationale de vaccination à différents niveaux. L’agence a en ce sens mis à disposition des décideurs son expertise scientifique, ses compétences opérationnelles et ses outils de communication afin de planifier, organiser et accompagner la campagne vaccinale contre la Covid-19.

Elle a ainsi participé à l'élaboration de scénarii pour définir la stratégie de vaccination et le choix des cibles vaccinales prioritaires, prenant en compte le calendrier prévisionnel de disponibilité des doses, la définition des modalités d'organisation de la vaccination et de délivrance des vaccins, en fonction de leurs conditionnements, ainsi que la logistique associée. La mesure de l’adhésion à la vaccination contre la Covid-19 a permis d’identifier les principaux déterminants d’un refus des futurs vaccins, d’en suivre l’évolution et de proposer une stratégie d’information afin d’assurer une large couverture vaccinale.

Aussi, pour assurer le suivi et l’évaluation de ces stratégies, Santé publique France, en partenariat avec l’Assurance maladie, a participé à la mise en place dès le 4 janvier 2021 d’un système national d’information de vaccination recueillant l’ensemble des informations saisies par les professionnels de santé participant à la campagne vaccinale (nombre de consultations pré-vaccinales, nombres de personnes vaccinées, etc.). Ces données permettent le suivi de la couverture vaccinale. En complément, une évaluation de l’efficacité vaccinale est en cours d’élaboration en partenariat sur des projets européens. Enfin, conformément aux dispositions de l'article L.1413-4 du code de la santé publique, l’agence a exercé les fonctions d'achat, stockage et distribution des vaccins et des produits de santé associés.

8.    Communication et valorisation

Pour informer au plus tôt sur la pandémie, Santé publique France a publié sur son site toutes les informations et les actualités liées à la Covid-19 (liens vers la ligne d’Information Coronavirus Covid-19, présentation des bilans épidémiologiques quotidiens, informations et conduites à tenir au sujet des nouveaux variants etc.). Trois temps de communication ont ainsi été mis en œuvre prenant en compte les périodes avant, pendant et après confinement et se sont déclinés respectivement de la manière suivante : « Attention coronavirus », « Alerte coronavirus », « Le coronavirus circule toujours ».

La stratégie proposée par Santé publique France a été d’informer et de rediriger vers les sites d’information du ministère santé et du gouvernement. Ainsi, Santé publique France a conçu les spots radio, les vidéos et toute une série d’affiches largement diffusées. Pour la période du confinement, 10 courts films vidéos « ma vie quotidienne » ont été réalisés pour accompagner le quotidien, celles-ci avaient, en juin 2020, été visionnées des millions de fois. 

L’agence a également produit et mis à disposition des documents à destination des professionnels de santé et du grand public avec une attention toute particulière pour rendre l’information accessible aux publics vulnérables et aux les migrants (affiches en différents formats, spots vidéos et spots audio téléchargeables et traduits en 24 langues pour informer, prévenir la transmission du virus par les gestes barrières, se protéger et protéger les autres). L’agence met également à disposition de toutes et tous des informations relatives à la pratique vaccinale sur son site Vaccination Info Service, mis à jour régulièrement selon l’actualité.

Enfin, Santé publique France a tout long de cette année réalisé de nombreux travaux qui ont fait l’objet de nombreuses productions que ce soit à destination des décideurs (notes pour le ministère), de la communauté scientifique (publications dans des revues françaises et internationales) et du grand public (sur le site internet de l’agence mais aussi en conférences de presse). Par exemple, depuis le 3 septembre 2020, un décryptage hebdomadaire est réalisé avec les médias le vendredi. A ce jour, l’agence a réalisé 34 communiqués de presse et 3 dossiers de presse dans l’objectif d’apporter une information la plus complète possible à toutes et tous. Enfin, pour participer à l’enrichissement des connaissances sur le sujet de la crise sanitaire, de nombreux articles ont été publiés ou sont en cours de publication et, en complément, Santé publique France publie dans la revue à comité de lecture qu’elle édite, le Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH), des articles dont les auteurs peuvent être internes ou externes à l’agence sur différents aspects relatif à la Covid-19.

Sujets hors Covid-19

Des campagnes de marketing social au service de la réduction des conduites addictives, des apports en connaissances pour les maladies infectieuses et chroniques, un travail transversal avec les différentes parties prenantes du champ sanitaire, autant de travaux qui ont marqué cette année 2020 et ouvrent des portes pour améliorer la santé des français durablement.

Maladies infectieuses

Journée mondiale du 1er décembre

A l’occasion de la journée mondiale du sida du 1er décembre 2020, Santé publique France a publié les données actualisées du VIH/sida ainsi que les données sur les IST bactériennes. Un numéro du BEH et un numéro du bulletin de santé publique consacrés à de nouvelles expérimentations, à des données de surveillance et à l’impact de la Covid-19 sur le dépistage du VIH et des IST bactériennes ainsi que des bulletins régionaux ont également été publiés. Ces publications sont l’occasion de rappeler l’importance d’intensifier le dépistage du VIH et autres IST mais également d’orienter les politiques et les actions de dépistage du VIH.

Publication données 2019 consommation et résistance aux antibiotiques

A l’occasion de la semaine mondiale pour un bon usage des antimicrobiens et de la journée européenne d’information sur les antibiotiques, Santé publique France et ses partenaires ont publié les données 2019 de la consommation et de la résistance aux antibiotiques. Une infographie est également disponible. Deux piliers pour lutter efficacement contre l’antibiorésistance sont identifiés : prévenir les infections et limiter la transmission des bactéries et des gènes de résistance et utiliser les antibiotiques à bon escient (ceux qu’il faut, quand il faut).

Etudes de couverture vaccinale chez les professionnels de santé des établissements de santé et Ehpad, saison 2018-2019

La vaccination est une des priorités de la Stratégie Nationale de Santé. En France, les soignants font l’objet de recommandations vaccinales particulières. Santé publique France, en collaboration avec le CPias Nouvelle Aquitaine, responsable de la Mission nationale de Soutien aux actions de prévention des infections associées aux soins (Mission Matis), a ainsi mené deux études en 2019, la première en établissements de santé et la seconde en Ehpad. Les premiers résultats de ces études portant sur les couvertures vaccinales contre la grippe des professionnels de santé en Ehpad et en établissement de santé, saison 2018-2019 ont été communiqués en octobre 2019. Les résultats portant sur les couvertures vaccinales contre la rougeole, la coqueluche et la varicelle des professionnels de santé en établissement de santé ont été communiqués en novembre 2020.

Maladies chroniques

Indicateurs de prévalence des complications du diabète niveau régional (Géodes)

A l’occasion de la journée mondiale du diabète, Santé publique France met à disposition sur Géodes les taux de prévalence du diabète traité pharmacologiquement de 2010 à 2019, à l’échelle départementale. De nouveaux indicateurs concernant la survenue des complications liées au diabète et la fréquence des examens recommandés dans le cadre de son suivi sont également disponibles pour les années 2010–2013–2016–2019, à l’échelle régionale.

Survie des personnes atteintes de cancer : nouvelles estimations pour la période 1989-2018 en France métropolitaine

Santé publique France, le service de Biostatistique - Bio informatique des Hospices civils de Lyon, le réseau des registres de cancers Francim et l’Institut national du cancer ont publié les premiers résultats des estimations de la survie des personnes atteintes de cancer en France métropolitaine entre 1989 et 2018, avec pour la première fois, des estimations de survie à 20 ans après le diagnostic d’un cancer.

Prévention et couverture du dépistage du cancer du col de l’utérus

Selon l’OMS, le cancer du col de l’utérus est le seul cancer éliminable grâce à deux interventions complémentaires : la vaccination contre le HPV (prévention primaire) et le dépistage qui permet de détecter des lésions précancéreuses et de les traiter avant qu’elles ne se transforment en cancer (prévention secondaire). Dans ce contexte, Santé publique France publie de nouvelles estimations de la couverture du dépistage du cancer du col de l’utérus relatives à 2016-2018 et un guide méthodologique pour la mise en place de l’évaluation du programme de dépistage organisé de ce cancer, en cours de déploiement depuis 2018. Par ailleurs, les modalités de dépistage du cancer du col de l’utérus chez les femmes âgées de 30 à 65 ans ont évolué. La Haute Autorité de santé (HAS) recommande que le test HPV, plus efficace pour ces femmes, remplace l’examen cytologique qui reste le dépistage recommandé pour les femmes entre 25 et 29 ans. Santé publique France, la HAS et l’INCa ont conçu un document « Questions/Réponses » pour apporter plus de précisions aux femmes.

Lancement d’études/Enquêtes

Enquête ESPA 13 novembre, phase 2

En novembre 2020, Santé publique France a lancé la 2ème phase de l’enquête ESPA 13 novembre pour connaître, 5 ans après les attentats, l’évolution de l’impact psycho-traumatique et l’utilisation des dispositifs de prise en charge.

Entred 3

Santé publique France en partenariat avec l’Assurance Maladie, la Sécurité sociale des Indépendants, la Haute Autorité de santé (HAS) et l’Agence Nationale de Sécurité du Médicament (ANSM), ont lancé la 3ème édition de l’étude Entred (Echantillon National Témoin Représentatif des personnes Diabétiques), auprès de 13 000 personnes diabétiques en métropole et dans les départements d’Outre-mer. Cette étude nationale sur le diabète vise à mieux connaître les besoins et le suivi des personnes diabétiques en France. L’objectif est d’améliorer la qualité des soins et donc la santé et la qualité de vie de ces personnes.

Lubrizol : lancement d’une étude pour décrire la santé et la qualité de vie de la population suite à l’incendie industriel à Rouen

Suite à l’incendie des entrepôts des entreprises Lubrizol et NL Logistique en septembre 2019 à Rouen, Santé publique France a lancé une étude de santé et de qualité de vie intitulée « Une étude à l’écoute de votre santé ». Menée dans 122 communes de Seine-Maritime, cette enquête fait partie d’un ensemble d’études épidémiologiques mis en place par Santé publique France pour évaluer l’impact global sur la santé, à moyen et long termes, de cet accident industriel de grande ampleur : le dispositif « Santé Post Incendie 76 ».

Lancement du Baromètre à St Pierre et Miquelon

En septembre, Santé publique France lançait pour la première fois son "Baromètre santé" à Saint-Pierre-et-Miquelon.

Addictions

Résultat du baromètre jeux d'argents et de hasard

Pour la 3ème fois, après des exercices menés en 2010 puis 2014, le Baromètre de Santé publique France 2019 a inclus un volet consacré aux pratiques de jeux d’argent et de hasard (JAH) des Français. Réalisée auprès d’un échantillon de quelque 10 000 individus de plus de 18 ans, cette enquête a permis d’estimer la prévalence de ces activités en décrivant les profils des joueurs, de rendre compte des évolutions et d’aborder la question du jeu problématique

Tabac : résultats du Baromètre sur le tabagisme passif

De nouvelles données du Baromètre de Santé publique France publiées en février, montrent que l’exposition des Français à la fumée des autres diminue au domicile mais qu’elle reste stable sur le lieu de travail, alors même que la réglementation l’interdit. Dans ce contexte, Santé publique France a lancé une campagne pour promouvoir le dispositif d’aide à distance Tabac info service auprès du grand public et sur les lieux de travail.

Tabac : journée mondiale sans tabac - BEH prévalence

A l’occasion de la journée mondiale sans tabac du 31 mai, Santé publique France a publié comme chaque année dans le BEH les nouvelles données de prévalence du tabagisme en France.

Tabac : #Moissanstabac édition 2020 - types de tabac consommés

La 5ème édition du #Moissanstabac conçue et pilotée par Santé publique France, en partenariat avec le Ministère des Solidarités et de la Santé et l’Assurance Maladie s’est tenu cette année dans des conditions exceptionnelles, dans le contexte de mise en place du deuxième confinement, nécessaire pour freiner l’évolution de l’épidémie de COVID-19. Dans ces circonstances particulières, 126 000 fumeurs ont pris la décision de s’inscrire au #MoisSansTabac pour arrêter de fumer.

Au démarrage du défi en novembre Santé publique France publiait de nouvelles données sur le tabagisme en France issues du Baromètre de Santé publique France 2018. Quels sont les différents types de tabac fumés par les Français ? Quelle est l’opinion des citoyens quant à l’augmentation des taxes sur le tabac ? Les augmentations de tarifs successives ont-elles eu un impact sur la motivation à l’arrêt auprès des Français ?

Alcool : publication des données inédites consommation d'alcool avec indicateurs régionaux et départementaux de morbi-mortalité

Santé publique France a publié en janvier des données inédites avec une analyse régionale de la consommation d’alcool ainsi que des indicateurs régionaux et départementaux de morbi-mortalité associée à l’alcool. 

Par ailleurs, Alcool Info Service propose aux consommateurs d’alcool et leur entourage de l’aide, des informations, du soutien, une orientation et des conseils par internet ou par téléphone ...

Sexualité

Dans le cadre de son programme « santé sexuelle », Santé publique a poursuivi ses actions auprès de différents publics.

Mieux choisir sa contraception

En février, un nouvel outil a été mis en ligne sur le site choisirsacontraception.fr. Il a pour objectif d’aider les femmes à préparer leur consultation contraceptive et leur fournir une information personnalisée sur la contraception.

ASKIP la sexualité : les experts répondent aux questions des adolescents sur la santé sexuelle

Les adolescents se posent beaucoup de questions sur la sexualité. Les vidéos pédagogiques « Askip » (« à ce qu’il parait ») de Santé publique France publiées en novembre sont là pour y répondre :  « Askip, la pilule, ça peut rendre stérile. Askip la première fois, on peut pas tomber enceinte » …

Je sexosafe ! Ou comment promouvoir la prévention combinée auprès des hommes qui ont des rapports sexuels avec d’autres hommes (HSH)

Parce que la lutte contre le VIH et autres IST reste un enjeu majeur, Santé publique a maintenu ses prises de parole sur le thème du VIH en particulier auprès des HSH qui restent le public le plus touché. A travers le mot d’ordre « je sexosafe » (en référence au nom du site qui leur est dédié : sexosafe.fr), il s’agit d’installer les bons réflexes de prévention, y compris après le confinement : « Même après des semaines sans sexe, les IST restent folles de moi. J’ai le réflexe capote. Je sexosafe ! ».

Vivre avec le VIH, c’est d’abord vivre

En décembre, Santé publique France a profité de la journée mondiale de lutte contre le sida, pour rappeler que, de nos jours, avec les traitements, une personne séropositive peut vivre pleinement et en bonne santé sans transmettre le VIH ou encore fonder une famille. Il s’agit, par cette campagne, de faire changer le regard sur les personnes séropositives encore trop souvent l’objet de discriminations dans leur vie sexuelle en raison de leur statut sérologique.

Nutrition et activité physique

Résultats enquête exposition des enfants aux produits gras, salés, sucrés

Une étude de Santé publique France publiée en juin montre que plus de la moitié des publicités vues par les enfants et les adolescents concernent des produits gras, salés, sucrés (PGSS). Cette étude quantifie l’exposition des enfants et des adolescents à la publicité pour ces produits et son évolution, notamment à la télévision et permet ainsi d’établir des recommandations pour limiter l’exposition.

« En 2-2 » la nouvelle campagne encourageant les jeunes à mieux manger avec un petit budget sans renoncer au plaisir

Selon une étude de l’Observatoire National de la Vie Étudiante, presque la moitié de la population étudiante déclare sauter des repas durant une semaine normale de cours. En cette période de crise sanitaire, la précarité des jeunes s’aggrave et vient s’ajouter aux difficultés auxquelles ils sont confrontés pour aller vers une alimentation plus saine. Santé publique France appréhende la gestion de cette crise dans une perspective de santé globale, c’est pourquoi l’agence reste mobilisée en matière de prévention et a lancé une campagne d’information digitale à destination des 18-25 ans, en vue de leur donner quelques clés pour améliorer leur alimentation.

BEH hors-série : activité physique et prévention en traitement des maladies chroniques

Le 3 novembre le BEH Hors-série dédié à l’activité physique en prévention et traitement des maladies chroniques était mis en ligne.

Environnement

Bilans canicules

L’été 2020 a été marqué par 3 vagues de chaleur dont une particulièrement sévère dans le Nord de la France. Les départements impactés par au moins une vague de chaleur rassemblent plus de 50 millions de résidents, soit 77 % de la population métropolitaine. Ces 3 vagues de chaleur ont eu des impacts sanitaires notables recensés dans un bulletin de santé publique publié en octobre.

Résultats étude Ville et chaleur

Quels sont les liens entre urbanisme, chaleur et mortalité ? Santé publique France et l’Institut Paris Région publient les résultats d’une étude menée en 2019-2020 sur 1 300 communes d’Île-de-France. 

Santé environnement : données de biosurveillance et études d'imprégnation

En juillet Santé publique France publiait le BEH n°18-19 sur les données de biosurveillance et études d’imprégnation.

Signature de la charte d'ouverture à la société

L’Anses, le BRGM, l’Ifremer, l’Ineris, INRAE, l’IRSN, l’Université Gustave Eiffel et Santé publique France signent une charte d’ouverture à la société. Par leurs activités de recherche, d’expertise et/ou d’évaluation scientifique et technique, ces huit établissements publics partagent une même ambition : apporter une meilleure compréhension des risques ainsi que les moyens de les prévenir et de les réduire. 

Ethique

Dans notre revue trimestrielle La Santé en action du mois de septembre 2020, nous avons consacré un dossier à l’éthique, la prévention et la promotion de santé.

Publications

Retrouvez l’ensemble des publications 2020 de Santé publique France dans l’espace dédié de notre site. Les numéros du BEH, les articles du mois et de la santé en action y figurent, à l’image du numéro de La santé en action sur la thématique Ethique et déontologie.