Fièvres typhoïde et paratyphoïde

Les fièvres typhoïdes et paratyphoïdes sont rares en France métropolitaine, où elles sont le plus souvent consécutives à un voyage en zone d’endémie (régions à faible niveau d’hygiène).

Mis à jour le 17 juin 2019

Fièvres typhoïdes et paratyphoïdes : données

Le dispositif de surveillance des fièvres typhoïdes et paratyphoïdes mis en place par Santé publique France permet d’étudier les tendances épidémiologiques de cette maladie.

Une incidence stable des fièvres typhoïdes et paratyphoïdes     

En 2017, 139 cas de fièvres typhoïdes et paratyphoïdes ont été déclarés en France, dont 111 (80 %) cas de fièvre typhoïde, 14 (10 %) cas de fièvre paratyphoïde A, 13 (9 %) cas de fièvre paratyphoïde B et 1 cas de fièvre paratyphoïde C. L’âge médian des cas était de 25 ans (min : 1 an, max : 79 ans) et 46 % étaient des femmes.

Nombre de cas et nombre de décès de fièvres typhoïdes et paratyphoïdes déclarés en France entière et en France métropolitaine de 1999 à 2017
Année 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017
Salmonella Typhi                                      
France entière 112 92 84 96 113 112 109 89 84 88 136 135 103 87 108 117 101 119 111
France métropolitaine 89 82 74 80 101 87 93 80 76 78 107 114 72 53 66 90 51 72 82
Salmonella Paratyphi A                                      
France entière 10 11 7 7 19 37 21 33 35 21 38 30 27 27 34 32 13 23 14
France métropolitaine 10 11 7 7 19 37 19 32 33 21 37 30 27 27 34 31 13 23 13
Salmonella Paratyphi B                                      
France entière 5 8 2 5 10 9 15 5 13 15 27 11 9 8 6 9 3 7 13
France métropolitaine 5 7 2 5 10 9 15 3 12 14 27 11 8 6 5 9 3 7 13
Salmonella Paratyphi C                                      
France entière 0 0 0 0 1 0 1 1 0 2 2 1 0 2 1 3 0 0 1
France métropolitaine 0 0 0 0 1 0 0 0 0 1 2 1 0 2 1 3 0 0 1
Total (typhoïdes + paratyphoïdes)                                      
France entière 127 111 93 108 143 158 146 128 132 126 203 177 139 124 149 161 117 149 139
France métropolitaine 104 100 83 92 131 133 127 115 121 114 173 156 107 88 106 133 67 102 109
Nombre de décès 1 0 2 0 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0

Ces données sont globalement stables par rapports aux années précédentes

Nombre de cas de fièvres typhoïdes et paratyphoïdes notifiés en France de 1999 à 2017
Cas de fièvres typhoïdes et paratyphoïdes notifiés en France, 1999-2017

Les personnes de tout âge sont touchées par les fièvres typhoïdes ou paratyphoïdes. Entre 1999 et 2017, les groupes d’âge 5-44 ans étaient les plus affectés, totalisant 75 % des cas déclarés en France métropolitaine.

Distribution par classes d'âge des cas de fièvres typhoïdes et paratyphoïdes déclarés en France métropolitaine de 1999 à 2017
Distribution par classes d’âge des cas de fièvres typhoïdes et paratyphoïdes en France, 1999-2017

L'incidence des cas de fièvres typhoïde et paratyphoïdes déclarés en France métropolitaine est assez stable depuis 1999, entre 1,5 et 3 cas par million d’habitants. En 2016 et 2017, l’incidence était respectivement de 2,2 et 2,1 cas par million d’habitants.

Incidence des fièvres typhoïdes et paratyphoïdes, par million d'habitants en France, 1999-2017.
Incidences des fièvres typhoïdes et paratyphoïdes en France, 1999-2017

Des cas majoritairement importés 

Parmi les 211 cas de fièvres typhoïde et paratyphoïdes déclarés en France métropolitaine en 2016–2017, 175 (83 %) sont survenus dans le mois ayant suivi un séjour en zone d’endémie, en particulier dans un pays du sous-continent Indo-Pakistanais, en Asie du Sud-Est, dans un pays d’Afrique sub-saharienne ou du Maghreb.
Plus de 90 % des cas de fièvre typhoïde sont survenus chez des personnes qui n’avaient pas été antérieurement vaccinées contre cette maladie.

En 2013, le Centre National de Référence des Escherichia coli, Salmonella, Shigella et Santé publique France ont détecté qu’une épidémie de fièvre paratyphoïde A était en cours au Cambodge à partir des diagnostics réalisés chez les voyageurs de retour de ce pays1. Cette épidémie a également été rapportée depuis par d’autres pays2-3.

En 2017, une épidémie de fièvre typhoïde chez les participants d’un rassemblement de la communauté « Rainbow » (Rainbow gathering) tenu en Italie en juillet-août 2017 a également été détecté à partir des données de surveillance. La reconnaissance de cet épisode a secondairement permis d’identifier 16 cas en rapports avec cet évènement, dans 6 pays européens et en Nouvelle-Zélande4.

  1. Tourdjman M, Le Hello S, Gossner C, et al. Unusual increase in reported cases of paratyphoid A fever among travellers returning from Cambodia, January to September 2013. Euro Surveill 2013; 18(39).
  2. Judd MC, Grass JE, Mintz ED, Bicknese A, Mahon BE. Salmonella enterica Paratyphi A Infections in Travelers     Returning from Cambodia, United States. Emerg Infect Dis. 2015 Jun; 21(6):1089-91.
  3. Saitoh T, Morita M, et al. Increase in paratyphoid fever cases in Japanese travellers returning from Cambodia in     2013. Epidemiol Infect. 2015 Jul 14:1-5.
  4. https://ecdc.europa.eu/en/news-events/typhoid-fever-outbreak-linked-rainbow-gathering-northern-italy

Une distribution majoritairement estivale

Il existe un pic de cas importés de fièvres typhoïde et paratyphoïdes pendant les mois d’août et septembre, correspondant aux saisons touristiques, alors que la distribution des cas d’acquisition autochtone est stable tout au long de l’année.
Le caractère majoritairement importé des fièvres typhoïde, survenant dans plus de 90% des cas chez des personnes non vaccinées conduit à rappeler l’importance des recommandations aux voyageurs devant séjourner en zone d’endémie, notamment relatives à la vaccination contre la fièvre typhoïde et à l’application des mesures d’hygiène individuelle et alimentaires.

Distribution des cas importés et autochtones de fièvres typhoïde et paratyphoïdes par mois de début des symptômes — France, 1999–2017
Cas importés et autochtones de fièvres typhoïdes et paratyphoïdes par mois de début des symptômes, France, 1999-2017

Cas de fièvre typhoïde à Mayotte

Dans un contexte d’accès à l’eau potable et d’assainissement insuffisant, la fièvre typhoïde reste une maladie endémique à Mayotte. Au cours de l’année 2017, 35 cas de fièvre typhoïde confirmés par hémoculture et/ou coproculture ont été signalés par le laboratoire du Centre Hospitalier de Mayotte à la Cellule de veille, d’alerte et de gestion sanitaire (CVAGS) de l’ARS Océan Indien. Aucun cas de fièvre paratyphoïde n’a été identifié. Après une hausse en 2015, l’incidence de la fièvre typhoïde est en baisse au cours des deux dernières années, passant de 19 cas pour 100 000 habitants en 2015 à 14 cas pour 100 000 habitants en 2017.
Parmi les 35 cas de fièvre typhoïde enregistrés en 2017 (14 hommes et 21 femmes), la moyenne d’âge était de 21 ans (min 2 ans-max 63 ans); 15 cas (43%) avaient moins de 15 ans. Au total, 21 cas (60%) ont été hospitalisés dont 4 en service de réanimation.
La majorité des cas sont autochtones (32 cas) ; toutefois, 3 cas avaient déclaré un séjour à l’étranger dans le mois précédent le diagnostic. Seize cas ont déclaré utiliser de l’eau de réseau ou des bornes fontaines monétiques, 9 utilisaient de l’eau stockée et une patiente avait déclaré avoir l’habitude de se laver les mains avec du savon avant de préparer les repas ou après être allée aux toilettes. Huit cas ont déclaré la présence de rejets d’eaux usées dans l’environnement de l’habitation.
Les cas de fièvre typhoïde sont survenus tout au long de l’année ; néanmoins, une recrudescence de cas a été observée au cours du mois de juin entre les semaines 23 et 26, avec un pic à la semaine 24, correspondant à un regroupement de 8 cas dans la commune de Koungou.