Visuel du virus de la variole du singe - Monkeypox
Monkeypox

La variole du singe ou la variole simienne est une maladie infectieuse virale rare due au virus Monkeypox transmise essentiellement par des rongeurs à l’homme, puis de personne à personne par gouttelette ou contact rapproché. Les symptômes sont comparables à ceux de la variole mais la maladie est moins sévère.

Mis à jour le 23 juin 2022

Variole simienne : données

Cas de variole du singe (Monkeypox en anglais) détectés en France

Au 23 juin 2022 à 14h00, 330 cas confirmés de variole du singe ont été rapportés en France : 227 en Ile-de-France, 22 en Occitanie, 21 en Auvergne-Rhône-Alpes, 19 en Nouvelle-Aquitaine, 14 dans les Hauts-de-France, 14 en Provence-Alpes-Côte d'Azur, 6 en Normandie, 3 en Bretagne, 1 en Centre-val de Loire, 1 en Bourgogne-Franche-Comté, 1 en Pays de la Loire et 1 en Grand-Est.

En savoir plus

Consultez les points précédents :

Historique de la variole en France

Les derniers cas de variole sont survenus en France entre 1942 et 1955 au cours de 6 résurgences épidémiques, responsables de 295 malades dont 29 sont décédés. Ces épidémies ont résulté d’une couverture vaccinale qui avait fortement diminué et d’un retard au diagnostic des cas primaires en provenance de pays d’endémie. Les 4 dernières épidémies sont survenues en 1952 à Marseille (42 cas et 4 décès) et à Brunehamel (30 cas et 0 décès), et en 1954-55 à Vannes (74 cas et 16 décès) et à Brest, à partir d’un patient hospitalisé à Vannes (21 cas et 4 décès). Au décours de ces épisodes épidémiques, plus de 25 millions de doses de vaccin ont été distribuées dans toute la France.  Aucun cas n’a été diagnostiqué en France après 1955.