Enjeux de santé dans le contexte de la COVID-19

Toutes les informations concernant l’impact du COVID-19 pendant et après le confinement sur la santé mentale, le recours aux soins, la consommation d’alcool et de tabac, l’adaptation des mesures en période de canicule

Mis à jour le 09 juillet 2020

L’infection au COVID-19 : confinement, quels impacts sur la santé de la population ?

L’épidémie de COVID-19 et les conséquences du confinement ont eu des impacts sur la santé des Français en terme de consommation d’alcool et de tabac, sur l’alimentation et l’activité physique, la santé mentale, le recours aux soins. Toutes les enquêtes lancées par Santé publique France et ses partenaires depuis mars ont révélé que les comportements de la population ont évolué suite au confinement.

Déterminants de santé face à la COVID-19 : nos actions

Face aux enjeux de santé que représentent l’alcool, le tabac, l’alimentation, la sédentarité… et leur impact sur la santé de la population, Santé publique France est pleinement mobilisée dans son champ d’action. Tout au long de cette crise sanitaire, nous avons surveillé l’évolution de ces indicateurs au travers d’enquêtes en population générale et en milieu professionnel afin de recueillir les informations nécessaires à l’orientation et à l’ajustement des mesures de prévention, notamment à destination des publics les plus vulnérables. 

A plus long terme, ce suivi d’indicateurs servira à produire et capitaliser des connaissances sur les répercussions de la COVID-19, la santé mentale, la consommation de substances psychoactives, la nutrition, l’activité physique…

Par ailleurs, des campagnes et messages de prévention ont été produits dès le début de confinement, diffusés en télévision, radio et relayés sur les réseaux sociaux. Tous ces outils sont également disponibles sur le site internet.

Santé publique France a recensé et mis à disposition une liste de dispositifs d’aide à distance (sites internet de référence, écoute et de soutien en ligne…) pour informer, soutenir et écouter les personnes pendant la période de crise sanitaire et de confinement.

En savoir plus :

COVID-19 et caniculeAfficherMasquer

La chaleur a un impact très rapide. L’état de santé des personnes les plus fragiles peut se dégrader rapidement et nécessiter des soins urgents. Chaque année, on observe pendant les épisodes de fortes chaleurs des recours aux soins pour des pathologies spécifiquement ou en grande partie dus à l’exposition à la chaleur : coup de chaleur ou hyperthermie, déshydratation et hyponatrémie. Les atteintes les plus graves peuvent conduire à des séquelles très importantes voire au décès.

C’est l’été mais le virus est toujours là. Une mise à jour du dispositif de surveillance et des messages de prévention canicule a été nécessaire, pour proposer de nouveaux outils adaptés au contexte de l’épidémie de COVID-19.

En savoir plus :

Confinement : quel impact sur la nutrition et l’activité physique ?AfficherMasquer

Le confinement imposé par l’épidémie de COVID-19 a bouleversé le quotidien des Français jusque dans leurs habitudes alimentaires. Les déplacements et les occasions de faire des activités hors domicile ont été restreints pendant plus de deux mois.

L’enquête Coviprev lancée en plusieurs vagues pendant le confinement a permis de questionner les Français sur l’évolution de leur activité physique et sportive, de leur alimentation, du temps passé assis et devant un écran. Les résultats de cette enquête montrent que :

  • Le confinement a eu un impact certain sur les comportements alimentaires (alimentation moins équilibrée, plus de grignotage, davantage de fait-maison…) 
  • La tendance au grignotage et à la prise de poids s’est amplifiée au fil du confinement : 
    • 27% déclarent avoir pris du poids (contre 11% en avoir perdu) mi-avril et 36% à la mi-mai
    • 22% déclarent grignoter entre les repas plus que d’habitude (contre 17% moins que d’habitude) mi-avril et 27% à la mi-mai
  • L’activité physique a nettement diminuée : près de 6 personnes sur 10 ont fait moins de 30 min de marche par jour
  • L’activité sportive est restée constante pour une grande partie des Français : 45% n’ont pas changé leurs habitudes (contre 37% avoir diminué)
  • 6 personnes sur 10 ont augmenté leur temps d’écran
  • 61% ont déclaré une augmentation du temps passé assis et une moyenne de près de 6h30 passées assis par jour pendant le confinement

En savoir plus :

Les actions mises en place

Des recommandations adaptées ont été proposées pendant la période de confinement sur le site mangerbouger qui a été une source d’informations et d’idées pour mieux bouger et manger (fiches recettes, exercices d’activité physique…).

Une série de vidéos ‘ma vie quotidienne’ pendant le confinement ont également été produites pour le grand public avec des astuces, des conseils pour préparer ses repas, faire de l’activité physique à domicile.

En savoir plus : 

Tabac, alcool, dépendance : les effets de la COVID-19 sur la consommation de la populationAfficherMasquer

Le confinement a eu un impact certain sur le comportement des Français. L’ennui, le manque d’activité, le stress, le plaisir sont des facteurs ayant joué un rôle sur la consommation de tabac et d’alcool de la population.

L’enquête Coviprev, réalisée en plusieurs vagues depuis le début du confinement, a permis de révéler que :

  • plus d’un quart des fumeurs ont augmenté leur consommation de tabac
  • près d’un quart des Français ont diminué leur consommation d’alcool

En savoir plus : 

Les actions mises en place 

Santé publique France a recensé et mis à disposition une liste de dispositifs d’aide à distance (sites internet de référence, écoute et de soutien en ligne…) pour informer, soutenir et écouter les personnes pendant la période de crise sanitaire et de confinement.

En savoir plus sur notre action de prévention et nos sites d'aide à distance

Continuité des soins pendant la crise du nouveau coronavirusAfficherMasquer

Dès le début du confinement, une diminution notable du nombre de consultations et un moindre recours aux soins des personnes présentant des maladies chroniques et pathologies aiguës a été observée. Face à l’ampleur de l’épidémie, au risque de contamination… une grande majorité de Français ont reporté les soins dont ils ont besoin pouvant entraîner une aggravation de leur maladie.

Les actions mises en place 

Une campagne d’information portée conjointement par le ministère des Solidarités et de la Santé, l’Assurance Maladie et Santé publique France a été diffusée à la télévision et en radio pour rappeler la nécessité de se faire soigner, quels que soient vos problèmes de santé.

En savoir plus : Covid-19 et continuer des soins : un enjeu de santé publique

Zoom sur la santé mentale et la COVID-19AfficherMasquer

Depuis la mise en place des mesures gouvernementales et la nécessité de confiner les Français, la peur de la maladie et les conditions de vie bouleversées ont eu des conséquences sur la santé mentale de la population.

Le confinement et ses conséquences psychosociales et économiques mais aussi la peur, pour soi et ses proches, de la contamination, du virus, de la maladie et de ses conséquences (atteintes somatiques graves et décès) sont des facteurs qui agissent sur la santé mentale des Français. De même, l’isolement, la baisse d’activité physique, l’augmentation du stress, l’ennui, l’organisation du travail à domicile couplée à la gestion de la vie familiale… sont autant de facteurs qui peuvent avoir un impact sur la santé mentale.

Plusieurs études menées sur l’impact de l’épidémie de COVID-19 font état d’un nombre important de troubles anxieux et dépressifs ainsi que de troubles du sommeil.

En savoir plus : Souffrance psychique et troubles psychiatrique liés à l’épidémie du COVID-19 et difficultés de la vie en confinement : les évaluer pour mieux agir

Les actions mises en place

Santé publique France a mis en place un dispositif d’enquêtes permettant d’observer, entre autres, l’impact de cette épidémie et des mesures de confinement sur la santé mentale des Français, et identifier les plus vulnérables. 

En savoir plus :

Pour faciliter l’accès à ces professionnels en cas de besoin, un espace dédié à la santé mentale pendant l’épidémie de COVID-19 a été créé sur le site internet de Santé publique France permettant de recenser tous les dispositifs d’aide à distance, classés selon les thématiques (violence, deuil, détresse psychologique, addictions, parentalité...).

Santé publique France en collaboration avec le Ministère en charge de la santé et le Service d’Information du Gouvernement a développé une série de vidéos courtes et informatives « Ma vie au quotidien » pour aider les Français à vivre le mieux possible les semaines de confinement. Une nouvelle vidéo complète cette collection. Elle aborde le stress que génère cette période et prodigue des conseils simples.

Voir les vidéos de la playlist ma vie au quotidien

Pollution de l’air et COVID-19AfficherMasquer

Les études récentes, publiées pendant la période de confinement, montrant une augmentation du nombre de cas et de décès par Covid-19 dans les zones plus polluées sont peu nombreuses et doivent être considérées avec prudence. 

En revanche, les données acquises depuis plus de 20 ans par Santé publique France et par le biais d’autres travaux publiés dans la littérature sur d’autres épidémies ont permis de rappeler que l’exposition à court et long terme à la pollution atmosphérique est un facteur de risque à l’origine de maladies aiguës et chroniques respiratoires et cardiovasculaires, et que la pollution favorise l’inflammation et diminue la réponse immunitaire de l’organisme face aux infections. Il est donc raisonnable de considérer la pollution de l’air comme un co-facteur de morbi-mortalité par COVID-19.

Indépendamment des nombreuses questions qui demeurent encore aujourd’hui ouvertes sur la question des liens entre pollution de l’air et COVID-19, Santé publique France a attiré l’attention de l’OPECST sur l’impact potentiel que peut engendrer une reprise brutale de l’activité sur la santé des populations les plus vulnérables.

Les actions mises en place 

Santé publique France a été auditionnée le 11 mai 2020 sur les liens entre la pollution atmosphérique et l’épidémie de COVID-19, l’occasion de rappeler les données existantes relatives à l’impact du confinement sur la qualité de l’air ambiant et présenter les travaux à venir sur les relations entre pollution de l’air ambiant et l’épidémie de COVID-19.

Parmi les questions abordées, deux axes relèvent des missions de Santé publique France :

  • l’estimation de l’impact sur la santé des variations constatées de la pollution de l’air du fait des mesures de confinement
  • le rôle de la pollution atmosphérique dans le développement d’une vulnérabilité accrue de certaines populations au COVID-19

Pour ces deux axes, Santé publique France a adapté sa programmation 2020-2021 afin de mener des travaux pour :

  • estimer les impacts à court terme et long terme des baisses de pollution atmosphérique ambiante occasionnés par les mesures prises pour limiter la propagation du virus
  • étudier le lien entre l’exposition à long terme aux particules fines et le risque de décès et d’hospitalisation pour COVID-19

En savoir plus : Pollution de l’air et COVID-19 : audition de Santé publique France