Infections associées aux soins
Infections associées aux soins

Santé publique France a pour mission de surveiller et de prévenir ces infections en établissements de santé, établissements médico-sociaux et soins de ville, contribuant ainsi à en limiter l’impact. 

Mis à jour le 21 juin 2019

Infections associées aux soins : notre action

Les missions de Santé publique France concernant les infections associées aux soins sont guidées par le programme national d'actions de prévention des infections associées aux soins 2015 (Propias).

Les actions de Santé publique France comprennent : 

  • la surveillance épidémiologique des infections associées aux soins par :
    • le pilotage des missions nationales de surveillance et de prévention des infections associées aux soins déléguées aux Centres d’Appui pour la prévention des infections associées aux soins (CPias) ;
    • la réalisation d’enquêtes nationales de prévalence ;
    • la contribution à la surveillance européenne ;
  • la gestion des signalements des infections associées aux soins ;
  • la prévention des infections associées aux soins.

La surveillance épidémiologique des infections associées aux soins

Depuis le 3 février 2017, Santé publique France pilote des missions nationales de surveillance et d'expertise en matière de lutte et de prévention contre les infections associées aux soins (IAS) et le résistance aux anti-infectieux (décret du 3 février 2017) en lien avec les Centres d’appui pour la prévention des IAS (CPias), structures régionales issues de la réforme du réseau CClin-Arlin, les Cellules régionales de Santé publique France et les Centres nationaux de référence (CNR). 

En 2018, cinq missions nationales ont été définies par un comité d’expert « Missions nationales Infections associées aux soins » (CMNIAS), et ont été déléguées pour la période 2018-2023 à 6 CPias après appel à candidature.

Les missions sont : 

  • Mission 1 « Surveillance et prévention de la résistance aux antibiotiques et des infections associées aux soins en soins de ville et en secteur médico-social » PRIMO, portée par le CPias Pays de la Loire associé au CPias Grand Est ;
  • Mission 2 « Surveillance et prévention de la résistance aux antibiotiques en établissements de santé » SPARES portée par le CPias Grand Est associé au CPias Nouvelle-Aquitaine ;
  • Mission 3 « Surveillance et prévention du risque infectieux lié aux actes de chirurgie et de médecine interventionnelle » SPICMI, portée par le CPias Ile-de-France ;
  • Mission 4 « Surveillance et prévention des infections associées aux dispositifs invasifs » SPIADI portée par le CPias Centre-Val de Loire ;
  • Mission 5 « Soutien aux actions de prévention : évaluation, formation, communication, documentation » MATIS portée par le CPias Nouvelle-Aquitaine associé au CPias Iles de Guadeloupe.

La réflexion scientifique du CMNIAS a pris en compte les missions des CPias et de Santé publique France, et s’est appuyée sur un état des lieux de l’existant, et sur les résultats d’une consultation préalable des parties prenantes. Il a aussi intégré les objectifs du Programme national d’actions de prévention des IAS (Propias), de la feuille de route interministérielle « Antibiorésistance » et des programmes européens coordonnés par l’ECDC. Ce comité est chargé de l’évaluation annuelle de la mise en œuvre des missions. L’appel à candidature est renouvelé tous les 5 ans. 

Le site internet des missions nationales est disponible à l’adresse suivante : https://www.preventioninfection.fr/
Santé publique France coordonne la surveillance épidémiologique des infections liées aux soins et de la surveillance de la résistance aux antibiotiques au travers de différents dispositifs définis dans cinq missions nationales déléguées à des CPIas (en savoir plus). Parmi celles–ci, 3 missions sont consacrées à la surveillance des IAS : PRIMO, SPICMI et SPIADI.

Réseau de surveillance et de prévention des infections associées aux soins

Santé publique France coordonne la surveillance épidémiologique des infections liées aux soins et de la surveillance de la résistance aux antibiotiques au travers de différents dispositifs définis dans cinq missions nationales (en savoir plus). Parmi celles –ci trois missions sont consacrées à la surveillance des infections associées aux soins : 

  •  « Surveillance et prévention de la résistance bactérienne aux antibiotiques et des infections associées aux soins, en soins de ville et en secteur médico-social » (PRIMO) portée par les CPias Pays de la Loire et CPias Grand Est.
  • « Surveillance et prévention du risque infectieux lié aux actes de chirurgie et de médecine interventionnelle » (SPICMI) portée par le CPias Île de France.
  • « Surveillance et prévention des infections associées aux dispositifs invasifs » (SPIADI) portée par le CPias Centre Val de Loire

Ces missions sont relayées en région par les 16 CPias

Enquête nationale de prévalence

  • Enquête nationale de prévalence des infections associées aux soins et des traitements antibiotiques en établissements de santé

Les enquêtes nationales de prévalence (ENP) sont régulièrement proposées depuis 1996 à tous les établissements de santé français, publics ou privés. Elles ont pour objectif principal d’y mesurer, un jour donné, la prévalence des infections associées aux soins et celle des traitements anti-infectieux des patients hospitalisés. L’enquête décrit également les caractéristiques principales des établissements de santé en matière de fonctionnement et de caractéristiques des patients.
Les enquêtes de prévalence ont également pour objectif de renforcer la sensibilisation de l’ensemble du personnel soignant en établissement de santé aux risque infectieux nosocomial et à l’importance du suivi des anti-infectieux à l’hôpital.
L’ENP 2017 a porté sur un échantillon de 403 établissements de santé tirés au sort.
La prochaine ENP est programmée en 2022. 

Publication à télécharger

Enquête nationale de prévalence des infections nosocomiales et des traitements anti-infectieux en établissements de santé, France, mai-...

En savoir plus
  • Enquête nationale de prévalence des infections associées aux soins et des traitements antibiotiques en Ehpad : Prev’Ehpad 

Une enquête nationale de prévalence des infections associées aux soins est proposée dans les établissements médico-sociaux tous les 5 ans. La dernière enquête date de 2016 : PREV’HEPAD 2016.
Elle a pour objectif de mesurer la prévalence de certaines infections et des traitements antibiotiques prescrits aux résidents dans les Ehpad en France et de décrire les caractéristiques principales des Ehpad en matière de fonctionnement et de caractéristiques des résidents.
Les enquêtes de prévalence ont également pour objectif de mobiliser l'ensemble des professionnels et prescripteurs en Ehpad et dégager des priorités d'actions et de suivi en matière de politique de prévention et de bon usage des antibiotiques.
L’enquête Prev’Ehpad 2016 a porté sur un échantillon de 367 Ehpad tirés au sort. 
La prochaine enquête en Ehpad est programmée en 2021.

Contribution au système de surveillance européen

La France contribue au réseau de surveillance européen des infections associées aux soins HAI-Net coordonné par l’ECDC. Les priorités du réseau de surveillance sont la coordination des études de prévalence européennes sur les IAS et l’usage des antibiotiques en établissements de court-séjour et en établissements de long-séjour, la surveillance des infections du site opératoire, et la surveillance des HAI en services de réanimation.
L’ENP 2017 notamment s’inscrit dans le cadre d’un programme européen de l’European Centre for Disease Prevention and Control (ECDC). Ainsi, une partie des données des établissements de courts séjours ont été transmises à l’enquête européenne PPS2.
De la même manière l’enquête Prev’Ehpad 2016 a contribué à l’enquête européenne HALT3.

Le signalement des infections associées aux soins en établissements de santé

  • L’analyse des données et l’aide à l’investigation des signalements et des alertes 

Le signalement des infections nosocomiales mis en place en 2001 repose, depuis 2012, sur l’outil numérique e-Sin. Cette application permet de suivre la gestion des épisodes infectieux signalés par les établissements de santé, en lien avec les Cpias. Certains de ces signalements peuvent faire l’objet d’alerte sanitaire de portée nationale ou internationale.  

Ce système original nécessite une communication active vers les professionnels de santé afin de les sensibiliser à l’intérêt de signaler. La lettre du signalement, intégrée à l’application, est un exemple de support de communication envers les utilisateurs de cet outil.  

Par ailleurs, Santé publique France produit des bilans nationaux annuels et thématiques issus de la base e-Sin. 

A lire aussi

vignette-repere-pour-votre-pratique
21/06/2019

Bilan 2017

dossier thématique 4/07/2019

E-sin : signalement externe des infections nosocomiales

Actions de prévention pour réduire les infections associées aux soins

Santé publique France soutient également des actions de prévention ayant pour objectif la réduction de la fréquence des IAS

  • MATIS 

Matis est une mission de support aux 4 autres missions nationales et soutien aux actions de prévention des IAS, à destination des professionnels de santé, avec déploiement d’outils :

  • d’évaluation
  • de formation
  • de communication
  • de documentation. 

Elle est relayée en région par l’ensemble des CPias.

Les actions d’évaluation, de formation, de communication et de documentation ont été confiées aux Cpias Nouvelle-Aquitaine et CPias îles de Guadeloupe qui portent la mission MATIS : Mission d’Appui Transversal à la prévention des Infections associées aux Soins. Cette mission de soutien travaille en collaboration avec les autres missions nationales ; elle crée et partage des outils de prévention au service des EOH. La première boîte à outils « Hygiène des mains » est disponible en ligne.