Surveillance de l’activité de dépistage et de diagnostic de l’hépatite C

Publié le 28 juin 2019

L’enquête LABOHEP

Données nationales

A partir d’un échantillon aléatoire de 2 008 laboratoires tirés au sort (1 079 laboratoires participants), les estimations issues de l’enquête LaboHep sont les suivantes au niveau national pour l’année 2016 :

  • 4,1 millions sérologies de dépistage de l’hépatite C (Ac anti-VHC) ont été réalisées, 71 % dans le secteur privé. L’activité de dépistage des Ac anti-VHC a augmenté de 6 % entre 2010 et 2013 et de 14% entre 2013 et 2016.
  • Le nombre de sérologies de dépistage des Ac anti-VHC par habitant est estimé à 62 / 1 000 habitants. Il est plus élevé en Île-de-France, notamment à Paris (174 ‰) et dans le Val-de-Marne (125‰) ainsi que dans les départements français d’Amérique (DFA) : Martinique (111 ‰), Guadeloupe (106 ‰) et Guyane (101 ‰).
  • Le nombre de tests confirmés positifs pour les Ac anti-VHC pour la première fois dans le laboratoire en 2016 est estimé à 30 229 [IC95% : 26 189 - 34 269], soit un taux de 45 / 100 000 habitants. Après une augmentation de 10% entre 2010 et 2013, le nombre de tests confirmés positifs a diminué de 7% entre 2013 et 2016. 

A noter : le nombre de tests positifs ne reflète pas le nombre de personnes nouvellement diagnostiquées positives pour les Ac anti-VHC en 2016, une même personne testée positive pour la 1ère fois dans des laboratoires différents pouvant être comptabilisée plusieurs fois. 

  • Le taux de positivité du dépistage des Ac anti-VHC est estimé à 0,7 %. En baisse par rapport à 2013 (0,9%) :
    • il est plus élevé dans le secteur public (1,2 %) que dans le secteur privé (0,5 %),
    • il est plus élevé en Île-de-France (1,0%) et en Occitanie (0,9%) que dans les autres régions.
  • Les personnes confirmées positives pour l’hépatite C pour la première fois en 2016 sont majoritairement des hommes (56 %) âgés en moyenne de 51 ans.
    • plus de la moitié (55 %) des hommes ont entre 40 et 59 ans
    • les femmes tendent à être plus âgées (âge moyen : 52 ans), un tiers d’entre elles étant âgées de 60 ans et plus. 
Distribution par sexe et âge des personnes confirmées positives* pour les Ac anti-VHC (LaboHep 2016, France)
Distribution par sexe et âge des personnes confirmées positives* pour les Ac anti-VHC (LaboHep 2016, France)

Cette nouvelle édition de l’enquête LaboHep montre qu’en France, l’activité de dépistage des anticorps anti-VHC est élevée et en augmentation depuis 2010, alors que le nombre de tests anti-VHC confirmés positifs et le taux de positivité des Ac anti-VHC sont en baisse. Cette diminution pourrait être liée en partie à l’impact des nouveaux agents antiviraux à action directe (AAD) de seconde génération et aux politiques de réduction des risques vis-à-vis des usagers de drogues, principal réservoir de transmission du VHC. Cette enquête met en évidence des disparités régionales et départementales marquées, en particulier, entre les Départements et régions d’Outre-mer (DROM) et la France Métropolitaine.

Données infranationales

  • Activité de dépistage des anticorps anti-VHC
Nombre de tests Ac anti-VHC réalisés pour 1 000 habitants, par département, LaboHep 2016, France
Nombre de tests Ac anti-VHC réalisés pour 1 000 habitants, par département, LaboHep 2016, France
  • Nombre de tests confirmés positifs pour la première fois dans le laboratoire

Le nombre de tests confirmés positifs pour les Ac anti-VHC le plus élevé est observé en Ile-de-France (95 / 100 000), notamment à Paris (212/ 100 000) et en Seine-Saint-Denis (133/ 100 000), ainsi qu’en région Provence-Alpes-Côte d’Azur (Paca) (61/ 100 000), notamment dans les départements des Hautes-Alpes et du Vaucluse (respectivement 93 et 85 tests pour 100 000 habitants) et dans la région Occitanie avec le département de l’Hérault (92/ 100 000).

Nombre de tests Ac anti-VHC confirmés positifs* pour 100 000 habitants, par département, France, LaboHep 2016
Nombre de tests Ac anti-VHC confirmés positifs pour 100 000 habitants, par département, France, LaboHep 2016
*Tests confirmés positifs pour la première fois dans le laboratoire
A lire aussi

Dépistage des hépatites B et C en France en 2016, nouvelle édition de l'enquête LaboHep

En savoir plus

Surveillance de l’activité de dépistage : les données de remboursement de l’assurance maladie

Au niveau national

En 2016, 3,3 millions de tests pour la recherche des anticorps (Ac) anti-VHC ont été réalisés et remboursées en France dans le secteur privé (données tous régimes, France entière, SNIIRAM), dont 2,6 millions ont été réalisés et remboursées par le régime général (France entière, SNIIRAM).
Les données des remboursements tous régimes montrent une augmentation annuelle comprise entre 4,6% et 5,8% sur les 5 dernières années passant de 2 514 915 tests (38,4 tests / 1000 habitants) en 2012 à 3 283 809 tests (49,2 tests / 1000 habitants) en 2016. Les données de remboursement du régime général qui permettent de disposer des données historiques à compter de 2010 montre une évolution similaire. 

Évolution du nombre de sérologies Ac anti-VHC remboursées par l’Assurance maladie, données tous régimes, 2012-2016 et régime général, 2010-2016 (France entière, SNIIRAM)
Évolution du nombre de sérologies Ac anti-VHC remboursées par l’Assurance maladie, données tous régimes, 2012-2016 et régime général, 2010-2016

Au niveau régional et départemental

En 2016, l’activité de dépistage des Ac anti-VHC (tous régimes) est plus importante dans les départements d’outre-mer (DROM) (68 / 1 000 habitants) et notamment en Guadeloupe (94 / 1 000 hab.) et à la Martinique (81 / 1 000 hab.) qu’en France métropolitaine (48 / 1 000 hab.).
En métropole, c’est en Provence-Alpes Côtes d’Azur (Paca) que l’activité de dépistage est la plus élevée (72 / 1 000 hab.) suivi de l’Ile-de-France (62 / 1000 hab.) (Figure 1, Tableau 1).
Selon l’analyse départementale, ce sont dans les Alpes Maritimes (83 / 1 000 hab.), à Paris (82 / 1 000 hab.) et en Ariège (81 / 1 000 hab.) que les activités de dépistages sont les plus élevées (Figure 2).
Entre 2012 et 2016, ce sont dans les régions Bourgogne-Franche-Comté et Bretagne que les activités de dépistage des Ac anti-VHC ont le plus augmenté (+38,7% et + 38,2% respectivement). Sur la même période, les augmentations des activités de dépistage ont été particulièrement significatives en Ariège (+170%) et en Ardèche (+112%). 

Activité de dépistage des Ac anti-VHC (tests / 1 000 habitants), par région, France, 2016 (SNIIRAM SNDS, données tous régimes)
Activité de dépistage des Ac anti-VHC (tests / 1 000 habitants), par région, France, 2016
Source : SNIIRAM SNDS, exploitation Santé publique France.
Activité de dépistage des Ac anti-VHC (tests / 1 000 habitants), par département, France, 2016 (SNIIRAM SNDS, données tous régimes)
Activité de dépistage des Ac anti-VHC (tests / 1 000 habitants), par département, France, 2016
Source : SNIIRAM SNDS, exploitation Santé publique France.

Les données d’activité des CEGIDD

Le bilan de la surveillance de l’activité de dépistage des CDAG (2001-2015) a fait l’objet d’un bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH). 

Un premier bilan de la surveillance des CeGIDD (Centres gratuits d’information, de dépistage et de diagnostic du VIH, des hépatites virales et des IST) a montré que 186 402 dépistages des Ac anti-VHC ont été réalisés en 2016 par 274 structures. Parmi ces tests, 0,8% se sont révélés positifs. Les taux de positivité les plus élevés ont été retrouvés dans les CeGIDD de la région Centre-Val de Loire (1,7%), Hauts-de-France (1,6%) et Occitanie (1,0%). 

A lire aussi

article 20/06/2017

Activité de dépistage du VIH et des hépatites B et C au sein des Consultations de dépistage anonyme et gratuit (CDAG) en France. Bilan ...

article 27/11/2018

Premier bilan sur l'activité des CeGIDD, France, 2016

Autres données de dépistage

La proportion de personnes indiquant des antécédents de dépistage pour l’hépatite C sont disponibles en population générale métropolitaine et dans les départements et régions d’outremer : 

Diminution du nombre de personnes méconnaissant leur infection

En 2004, 100 868 [IC95% : 58 534-143 202] personnes parmi les 232 200 personnes ayant une hépatite C chronique méconnaissaient leur infection, soit 43,4%.
Cette estimation a été actualisée à 74 102 (intervalle de plausibilité : 64 290-83 283) personnes non diagnostiquées pour une hépatite C chronique pour l’année 2014.
En 2016, en population générale métropolitaine, il a été estimé que 25 892 personnes ayant une hépatite C chronique étaient non diagnostiquées (IC95% : 5 873-74 474). 

A lire aussi

rapport/synthèse 1/12/2006

Prévalence des hépatites B et C en France en 2004. Décembre 2006

article 2/06/2015

Estimation du nombre de personnes non diagnostiquées pour une hépatite C chronique en France en 2014. Implications pour des recommandat...