Sentiment d'information et pratiques déclarées de dépistage vis-à-vis des hépatites B et C en population générale ultramarine. Enquête Baromètre santé DOM 2014

Publié le 15 Mai 2018
Mis à jour le 5 juillet 2019

Si les connaissances et pratiques déclarées vis-à-vis des hépatites B et C ont fait l'objet de plusieurs études en population générale métropolitaine, peu de données sont disponibles dans les départements et régions d'Outre-mer (DROM). Un module sur les hépatites B et C a ainsi été intégré au Baromètre santé réalisé en 2014 en Martinique, Guadeloupe, Guyane et à La Réunion, auprès d'échantillons représentatifs de la population générale de 15-75 ans. Cet article décrit le sentiment d'information et les pratiques déclarées de dépistage vis-à-vis des hépatites B et C, ainsi que leurs facteurs associés en population générale ultramarine. Les principaux résultats montrent : (1) un très faible sentiment d'information, avec plus de 60% des répondants se déclarant plutôt mal ou très mal informés sur les hépatites virales ou ne sachant pas ce que sont ces infections. Le sentiment d'information déclaré était moindre chez les plus jeunes et les moins diplômés ; (2) un dépistage déclaré plus fréquent dans les DROM qu'en France métropolitaine : 30 à 40% des répondants (selon les DROM) ont déclaré avoir déjà été dépistés pour l'hépatite B ou l'hépatite C au cours de la vie versus respectivement 15% et 19% en France métropolitaine en 2010. Cette étude met en évidence, comme en France métropolitaine mais de façon plus importante, la nécessité d'améliorer les connaissances de la population générale ultramarine sur les hépatites B et C, afin de renforcer le recours des personnes exposées aux pratiques de prévention : dépistage et vaccination (hépatite B).

Auteur : Brouard Cécile, Gautier Arnaud, Vaux Sophie, Richard Jean-Baptiste
Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire, 2018, n°. 11, p. 204-209