PARC : le partenariat européen pour l'évaluation des risques liés aux substances chimiques

Lancé en mai 2022 en France, le partenariat européen pour l'évaluation des risques liés aux substances chimiques (PARC) regroupe près de 200 partenaires scientifiques de 28 pays et des agences de l'Union européenne. Son ambition : concevoir une évaluation des risques des substances chimiques de nouvelle génération afin de mieux protéger la santé et l’environnement. Retrouvez toutes les informations sur le projet PARC et le rôle de Santé publique France.

Mis à jour le 16 mai 2022

Le Partenariat européen pour l'évaluation des risques liés aux substances chimiques (PARC) fait partie des projets retenus pour financement par le programme-cadre de l'Union européenne « Horizon Europe » 2021-2027. Coordonné par l’Agence française de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (Anses), ce partenariat de grande envergure a pour ambition de concevoir une évaluation des risques des substances chimiques de nouvelle génération afin de mieux protéger la santé et l’environnement. 

Soumis par l’Anses et ses partenaires français et européens en réponse à un appel à projets Horizon Europe en septembre 2021, le projet PARC a été évalué favorablement par la Commission européenne en janvier 2022 et a démarré officiellement le 1er mai 2022. Santé publique France assurera, avec l’agence allemande pour l'environnement (UBA) la coordination scientifique du Work Package (WP) 4 consacré à la surveillance des expositions aux substances chimiques et est désignée point de contact national chargée de l’animation du Hub constituant le réseau des parties prenantes françaises intéressées par le projet. 

Le projet PARC en quelques points clés :

  • un partenariat de 7 ans dans le cadre d’Horizon Europe, le programme-cadre de l’UE pour le financement de la recherche et de l’innovation 2021-2027 ;
  • 200 partenaires de 28 pays et de l’échelon européen, agences nationales et organismes de recherche dans l’environnement ou la santé publique, Agence européenne des produits chimiques (ECHA), Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA), Agence européenne pour l’environnement (EEA) ;
  • un budget de 400 millions d’euros, financé à 50 % par l’Union européenne et 50 % par les États membres.