Le virus West Nile et l’encéphalite à tique rejoignent la liste des maladies à déclaration obligatoire

Depuis le 12 mai 2021, deux nouvelles maladies transmissibles de l’animal à l’homme sont inscrites sur la liste des maladies à déclaration obligatoire : le virus West Nile et l’encéphalite à tique.

Mis à jour le 07 juillet 2021

En savoir plus sur les maladies à déclaration obligatoire (MDO)

En 2021, 36 maladies sont à déclaration obligatoire (MDO). Parmi elles, 34 sont des maladies infectieuses et 2 sont non-infectieuses (mésothéliomes et saturnisme chez les...

Qu’est-ce qu’une maladie à déclaration obligatoire ? 

Afin de surveiller et prévenir les risques d’épidémies, certaines maladies doivent être déclarées par les professionnels de santé, ce sont les maladies à déclaration obligatoire (MDO). Mis en place en 2003, le dispositif compte désormais 36 maladies à DO, avec l’ajout du virus West Nile et de l’encéphalite à tique depuis mai 2021.

La surveillance des MDO repose sur la transmission de données par les médecins et biologistes aux médecins inspecteurs de santé publique, à leurs collaborateurs des agences régionales de santé (ARS) et aux épidémiologistes de Santé publique France. 

En savoir plus

Pourquoi le virus West Nile et l’encéphalite à tique deviennent des  maladies à déclaration obligatoire ? 

L’évolution récente de l’épidémiologie du virus West Nile avec son extension géographique en Europe et le risque que cette infection constitue pour les produits d’origine humaine font partie des éléments qui ont conduit à l’inscription de cette infection sur la liste des MDO.

En effet, le dispositif de surveillance existant, concentré sur le pourtour méditerranéen, nécessitait d’être adapté et appliqué à l’ensemble du territoire national. Le détail de l’argumentaire est explicité dans l’avis du HCSP du 7 février 2020.

Le virus West Nile en bref

Les infections à virus West Nile sont transmises par des moustiques mais aussi par les produits d’origine humaine (transfusion et greffe). Elles sont rares en France mais le risque augmente sur le territoire français avec l’extension de la zone de transmission et du nombre de cas en Europe. Le signalement rapide des cas permet la mise en œuvre de mesures de contrôle, notamment vis-à-vis de la transfusion et la greffe.

L’encéphalite à tique en bref

Les infections à virus de l’encéphalite à tique sont transmises par des tiques, et rarement par la consommation de produits laitiers au lait cru issu d’un troupeau récemment contaminé. Les cas diagnostiqués en France sont principalement acquis sur le territoire national dans le Nord Est de la France, en Haute Savoie, dans l’Ain et dans le Massif du Forez. Le signalement rapide des cas permet la mise en œuvre de mesures de contrôle, notamment vis-à-vis de la transfusion et la greffe.

L’action de Santé publique France dans la surveillance des MDO 

Dans le cadre de la surveillance régionale et nationale, les épidémiologistes de Santé publique France centralisent l'ensemble des données, les analysent et les transmettent aux pouvoirs publics avec des recommandations sur les mesures ou actions à mettre en place.

En outre, ils apportent une expertise scientifique aux ARS pour les investigations épidémiologiques, notamment lors de la survenue d'épidémies.

Enfin, ils assurent la communication de ces informations aux acteurs du dispositif, à la communauté médicale et scientifique, et au public.

Par ailleurs, le ministère chargé de la Santé et plus particulièrement la Direction générale de la santé sont destinataires des alertes sanitaires et interviennent, en tant que de besoin, dans les décisions en matière de gestion des risques en lien avec les ARS. Les données de surveillance sont transmises par Santé publique France au ministère chargé de la Santé qui les utilise pour définir et adapter les politiques de santé publique.