Foyer de cas d’encéphalite à tiques liés à la consommation de fromage de chèvre au lait cru dans l’Ain. Point au 19 juin 2020.

Santé publique France publie un point de situation suite à la survenue de plusieurs cas d’encéphalites à tiques liés à la consommation de fromage au lait cru dans l’Ain entre avril et mai 2020.

Mis à jour le 22 juin 2020

Contexte

Les Centres hospitaliers d'Oyonnax et de Bourg-en-Bresse ont signalé avoir pris en charge, à partir du 10 mai 2020, plusieurs patients présentant une méningite lymphocytaire d'allure virale mais sans cause identifiée initialement. Les principales causes bactériennes et virales d’infection neuro-méningée avaient en effet été exclues. Aussitôt, une investigation a été mise en place associant les médecins des deux centres hospitaliers, les biologistes des Hospices Civils de Lyon et du Centre national de référence des Arbovirus à Marseille, l’Agence régionale de santé, l’Agence nationale de la sécurité des aliments, de l’environnement et de la santé au travail (Anses), la Direction départementale de la protection des populations (DDPP), la Direction générale de l’alimentation (DGAl) et Santé publique France pour en déterminer la cause.

Situation épidémiologique dans l’Ain au 19 juin 2020

42 cas de méningite lymphocytaire, encéphalites et syndromes infectieux, ont été recensés dans une zone limitée de l'Ain chez des personnes habitant sur le bassin de la commune d’Oyonnax, dans un rayon de 30 km environ. Deux cas additionnels similaires sont des résidents de Loire-Atlantique et du Jura mais ayant consommé du fromage de chèvre au lait cru, source des cas. Les cas sont survenus entre la semaine 16 (13-19 avril) et la semaine 21 (18-24 mai) avec un pic épidémique en semaine 17 (du 20 au 26 avril).

Courbe épidémique des cas d’encéphalite à tiques liés à la consommation de fromage de chèvre au lait cru, Ain, Avril-Mai 2020. Actualisation au 19/06/2020.
Courbe épidémique des cas d’encéphalite à tiques liés à la consommation de fromage de chèvre au lait cru, Ain, Avril-Mai 2020. Actualisation au 19/06/2020.

Résultats des premières investigations

Le 27 mai 2020, le diagnostic d'infection par le virus TBE (Tick-Borne Encephalitis), agent responsable de l’encéphalite à tiques, a été confirmé par le Centre national de référence des Arbovirus pour 33 des 44 cas identifiés au total. Les 11 autres cas sont en cours d’investigation et des tests biologiques sont réalisés pour confirmer ou infirmer le diagnostic d’encéphalite à tiques.

Parmi les cas confirmés, l’âge médian est de 49 ans (min : 11 mois, max : 86 ans) et 45% sont des femmes. Trente cas confirmés ont été hospitalisés ou ont consulté aux urgences, dont 2 ont été admis en réanimation.

Quarante et un des 43 cas (95%) rapportent avoir consommé à partir de mi-avril du fromage ou de la faisselle de chèvre à base de lait cru en provenance d’un même producteur de fromages situé dans l’Ain. La cause alimentaire de ces infections a été confirmée le 2 juin 2020 par le Centre national de référence des Arbovirus. En effet, la présence de génome du virus TBE a été identifiée dans un fromage de chèvre du producteur concerné. Par mesure de précaution, un retrait-rappel des produits laitiers de ce producteur avait été effectué avant même la connaissance de ce résultat.

Cet épisode de cas groupés d’encéphalite à tiques est le premier identifié en France lié à la consommation de produits au lait cru. En revanche, la survenue de cas sporadiques d’encéphalite à tiques n’est pas nouvelle en région Auvergne-Rhône-Alpes. En effet, quelques rares cas sont identifiés chaque année dans la région d’Annecy depuis 2003 et plus récemment dans le massif du Livradois-Forez avec la détection de 3 cas en Loire et Haute-Loire durant les étés 2017 et 2018. Un autre cas d’encéphalite à tiques a été identifié fin mai 2020 dans l’Ain chez une personne ayant été piqué plusieurs fois par des tiques mais n’ayant pas consommé le fromage à risque.

Mesures de contrôle et rappel des produits en vente

Des mesures de contrôle ont été mises en œuvre sous l’égide de la DGAl et de la DDPP01. Afin d’assurer la sécurité sanitaire de ses produits, le producteur a mis en place une pasteurisation du lait de chèvre avant sa transformation. Un retrait et rappel des produits en vente au moment de l’alerte a été décidé le 27 mai 2020.  L’Anses a délégué une mission dans l’Ain pour mener des études environnementales complémentaires sur les tiques et le virus du TBE dans la zone géographique concernée.

En complément, un message d’informations a été envoyé aux médecins de la région afin de les sensibiliser à la circulation du virus et de renforcer le diagnostic de l’infection. L’Etablissement français du sang a procédé à un blocage des produits sanguins potentiellement à risque et réalisé un interrogatoire des donneurs sur les consommations de fromage de chèvre et leurs éventuelles piqûres de tiques.