Surveillance des effets indésirables et des incidents : le dispositif d'AMP vigilance.

Publié le 14 Juin 2011
Mis à jour le 3 septembre 2019

En France, le dispositif de vigilance relatif à l'assistance médicale à la procréation (AMP vigilance) a été récemment mis en place pour surveiller les incidents relatifs aux gamètes, embryons, tissus germinaux utilisés à des fins thérapeutiques ou à des fins de préservation de la fertilité, et les effets indésirables observés chez les donneurs de gamètes ou chez les personnes qui ont recours à l'AMP. Débuté en février 2007 par une phase test, le dispositif a été complètement installé après la publication du décret de juin 2008 après transposition des directives européennes. La loi de bioéthique d'août 2004 a confié sa mise en oeuvre à l'Agence de la biomédecine De février 2007 à fin décembre 2010, 855 notifications ont été rapportées à l'Agence de la biomédecine : elles sont réparties en 70% d'effets indésirables et 30% d'incidents. Dans 78% des signalements, il s'agit d'effets indésirables ou d'incidents graves. Sur la base de ces résultats, l'Agence de la biomédecine a recommandé des mesures correctives et préventives et a mis en place des actions spécifiques d'information des professionnels et des patients. Les enjeux à venir sont de mieux faire connaître le dispositif, de faciliter la déclaration et le retour d'information vers les professionnels. (R.A.)

Auteur : Pariente Khayat A, Lemardeley G, Creusvaux H
Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire, 2011, n°. 23-24, p. 266-9