La santé des migrants primo-arrivants : résultats des bilans infirmiers réalisés d'octobre 2015 à mars 2016 dans des centres franciliens hébergeant des migrants évacués des campements parisiens.

Publié le 5 Septembre 2017
Mis à jour le 3 septembre 2019

De juin 2015 à mars 2016, 16 évacuations de campements de fortune ont eu lieu dans la capitale, concernant environ 5 000 migrants. Des bilans réalisés par des infirmier(ère)s assisté(e)s d'interprètes, suivis si besoin d'une orientation vers une structure de soins, ont été proposés dans les centres d'hébergement franciliens accueillant ces migrants. Lors de ces bilans, des informations ont été recueillies de façon standardisée : parcours migratoire, état de santé et accès aux soins de ces personnes, et besoins d'orientation sanitaire identifiés par les infirmier(ère)s. Au total, 736 de ces bilans, réalisés dans 28 centres, ont été analysés. Ils concernent une population essentiellement jeune et masculine, venue principalement du Soudan, d'Afghanistan et d'Érythrée. Les trois quarts déclaraient un problème de santé datant de moins de six mois, 16% faisaient état d'un problème présent depuis plus de six mois et 12% disaient avoir renoncé à des soins dans les 12 derniers mois. Pour 73% des personnes, les infirmier(ère)s ont identifié des besoins d'orientation sanitaire à la fin du bilan. Malgré les différences de pratiques entre équipes infirmières et d'offres de soins selon le territoire, qui limitent les possibilités d'interprétation des différences observées, ces résultats montrent qu'un grand nombre de migrants ont dû être orientés vers des structures de soins. Cela suggère la nécessité de continuer à renforcer les partenariats entre ces structures et les centres d'hébergement, ainsi que l'accompagnement des migrants dans leurs démarches de soins et d'accès à une couverture sociale maladie.

Auteur : Guisao A, Jangal C, Quere M, Laporte A, Riou F
Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire, 2017, n°. 19-20, p. 382-8