Le radon en Corse : évaluation de l'exposition et des risques associés

Publié le 1 Février 2006
Mis à jour le 5 juillet 2019

L'objectif de cette étude est d'estimer le nombre de décès par cancer du poumon attribuables au radon en Corse. La caractérisation de l'exposition est basée sur une campagne de mesures dans l'habitat réalisée en 1995/1996. Le modèle de risque retenu a permis d'établir un risque relatif moyenné sur la vie entière pour l'ensemble de la population. Deux hypothèses sur le type d'interaction des effets du tabac et du radon ont été testées (interactions submultiplicative et multiplicative). La moyenne des mesures retenues est de 197 Bq.m-3, le niveau moyen observé en France étant de 91 Bq.m-3. Après redressement sur la géologie, la saison de mesure et le type d'habitat, la moyenne est de 134 Bq.m-3. L'évaluation de risque fait ressortir que 21,5 à 28,0% des décès par cancer du poumon seraient attribuables au radon sur l'ensemble de la population (entre 33 et 44 décès par an). La part attribuable aux concentrations supérieures à 400 Bq.m-3 serait comprise entre 30 % et 48 %. Pour une meilleure estimation des niveaux de radon et donc de son impact, une campagne sur l'effet saison en Corse et une complétion des mesures en logement collectif sont nécessaires. En raison de la forte interaction des effets du tabac et du radon, une estimation précise des habitudes tabagiques en Corse apparaît primordiale. (R.A.)

Auteur : Franke F, Pirard P
Année de publication : 2006
Pages : 44 p.