Troubles psychiatriques chez les étudiants universitaires de première année : prévalence annuelle, retentissement fonctionnel et recours aux soins en région Paca, France

Publié le 7 Juillet 2009
Mis à jour le 10 septembre 2019

Objectifs - La prévalence des troubles psychiatriques (TP) chez les étudiants universitaires a été peu étudiée. Cet article porte sur la prévalence annuelle des TP chez des étudiants universitaires, leur retentissement fonctionnel et le recours aux soins. Méthode - Étude transversale d'un échantillon aléatoire de 1 723 étudiants de première année d'université, âgés de 18-24 ans, inscrits en 2005-2006 dans l'une des six universités de la région Paca. Le Composite International Diagnostic Interview Short Form a été utilisé pour produire des diagnostics (critères DSM-IV) et l'échelle de Sheehan pour évaluer le retentissement fonctionnel. Résultats - Les prévalences annuelles de dépression caractérisée (DC),troubles anxieux (TA) et troubles liés à l'utilisation de substances (TUS) étaient respectivement 8,9 % [IC95 % :7,2-10,9], 15,7 % [IC95 % :13,5-18,2] et 8,1 % [IC95 % :6,7-9,8]. Un retentissement fonctionnel important dans au moins un des domaines étudiés était observé chez 51,7 % des étudiants avec un TP ; il était encore plus fréquent en présence d'une comorbidité DC/TA (76,6 %). Enfin, seulement 30,5 % des étudiants avec un TP avaient consulté un professionnel de santé au moment de l'enquête pour ces problèmes. Conclusion - Ces résultats suggèrent un retentissement des troubles psychiatriques caractérisés dans les études et d'un lien avec l'échec académique.La prévention et la prise en charge des TP chez les étudiants universitaires devraient être renforcées en France.(R.A.)

Auteur : Guagliardo V, Gilbert F, Rouillon F, Kovess Masfety V, Verger P
Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire, 2009, n°. 29, p. 317-21