Bulletin de santé publique alcool en Pays de la Loire. Janvier 2020.

Publié le 13 Janvier 2020
Mis à jour le 15 janvier 2020

Points clés

  • Contraste dans la région entre les deux prévalences de consommation d’alcool mesurées en 2017 chez les 18-75 ans :
    • les prévalences quotidiennes étaient parmi les moins élevées de France : 3 % chez les femmes, 14 % chez les hommes,
    • les prévalences hebdomadaires figuraient parmi les plus élevées de France : 28 % chez les femmes, 60 % chez les hommes.
  • Alors que le vin et la bière restaient prépondérants partout sur le territoire français, la prévalence de consommateurs d’alcools forts était la plus élevée en Pays de la Loire avec 13 % d’adultes qui en consomment chaque semaine.
  • De près après la Bretagne, la région enregistre une prévalence de consommateurs hebdomadaires particulièrement élevée parmi ses jeunes adultes (18-30 ans) : 41 % contre <36 % partout ailleurs en France métropolitaine (minimum 23 % en Hauts-de-France). Un jeune adulte/10 déclarait un épisode d’alcoolisation importante au moins une fois /semaine.
  • Consommations d’alcool à l’âge de 17 ans les plus défavorables du pays : expérimentation de l’alcool 92 %, usage régulier 12 %, alcoolisations ponctuelles importantes répétées (plus de 2 par mois) 22 %.
  • Indicateurs défavorables de morbi-mortalité pour pathologies en lien avec l’alcool (3è ou 4è rang /13 régions) :
    • 30 passages aux urgences chaque jour (71 % d’intoxications éthyliques), 
    • Sur-incidence et surmortalité chez l’homme des cancers des lèvres, bouche, pharynx et œsophage, comme dans les autres régions du Nord-Ouest du pays ; différences constatées entre les 5 départements des Pays de la Loire selon le type de cancer, le département du Maine-et-Loire étant le moins défavorisé sur ces pathologies.

Repères de consommation à moindre risque : « Pour votre santé, l’alcool c’est maximum 2 verres par jour, et pas tous les jours »