Regroupement de cancers pédiatriques dans plusieurs communes de Loire-Atlantique. Point au 29 novembre 2019.

Publié le 09 décembre 2019
Mis à jour le 09 décembre 2019

Les points clés

  • Un regroupement de cancers d’enfants (de moins de 18 ans) a été investigué dans le secteur de Sainte-Pazanne (7 communes retenues) en Loire-Atlantique, entre janvier 2015 et mars 2019, par Santé publique France ;
  • Le suivi des investigations s’est fait selon un processus de dialogue avec la société, au sein d’un comité de suivi en Pays de la Loire. Une analyse des attentes et savoirs mobilisés par les parties prenantes locales a été réalisée par Santé publique France et sera détaillée dans le rapport final d’investigation ;
  • Une investigation épidémiologique a été menée par Santé publique France auprès des 13 familles identifiées dans le périmètre de l’étude. Elle ne visait pas à rechercher des causes individuelles de chaque cancer mais à rechercher un facteur commun, spécifique à ce secteur, qui pourrait expliquer le regroupement de cas et sur lequel on pourrait agir. Elle a mis en évidence un excès de cancers pédiatriques dans la zone des 7 communes et sur la période 2015-2019. Le nombre de cancers pédiatriques était 2 fois plus important que ce que l’on observe en moyenne en France pour cette période et cette zone géographique ;
  • Aucun facteur de risque, spécifique au secteur et documenté dans la littérature scientifique, n’a été partagé par les enfants. Santé publique France conclut à une situation compatible avec un agrégat spatio-temporel sans cause commune identifiée. En l’absence d’hypothèse de cause commune, il n’est pas préconisé localement de mesures ou dosages supplémentaires ;
  • L’interaction de facteurs individuels et/ou environnementaux (effet cocktail) n’est pas exclue mais en l’état actuel des connaissances scientifiques, il n’est pas possible d’explorer cette hypothèse ;
  • Santé publique France recommande de maintenir une surveillance de tout nouveau cancer pédiatrique diagnostiqué dans cette zone, et s’engage à réaliser une cartographie des cancers pédiatriques de Loire-Atlantique avec le registre des cancers de Loire-Atlantique et Vendée. Afin d’améliorer les connaissances sur les facteurs de risque environnementaux, Santé publique France mène avec ses partenaires des études épidémiologiques à l’échelle nationale ;
  • Les agrégats spatio-temporels de cancers pédiatriques sont connus de longue date, en France et à l’étranger, sans que leur cause soit élucidée à ce jour, malgré de nombreuses études. Les causes sont probablement plurifactorielles, avec des hypothèses toujours débattues, environnementales, génétiques et/ou immunoinfectieuses. En santé environnement, les études épidémiologiques sont en général confrontées à des associations faibles entre la maladie et les facteurs de risque, ce qui limite fortement la capacité des investigations à conclure au niveau local (par manque d’effectif).