Santé et qualité de vie des personnes riveraines du site industriel de Salindres, Gard, France : Rapport d'étude

Publié le 1 Avril 2018
Mis à jour le 5 juillet 2019

Le 18 novembre 2010, Santé publique France était saisie par l'Agence régionale de santé (ARS) Languedoc-Roussillon à la suite de nombreuses plaintes environnementales et sanitaires des riverains de la plateforme industrielle de Salindres. Ces plaintes portaient sur des nuisances sensorielles ainsi que sur les risques industriels. Les plaintes évoquaient un excès de glioblastomes et de dysfonctionnements thyroïdiens, et une dégradation de la qualité de vie. Dans ce contexte, une approche comportant trois volets (environnemental, populationnel et socio-historique, et sanitaire) a été mise en place. L'étude présentée dans ce rapport et correspondant à une partie du volet sanitaire, est une étude épidémiologique sur la santé et la qualité de vie des habitants de Salindres. L'objectif était de décrire l'état de santé perçue et la qualité de vie des habitants de Salindres et de ses environs et d'évaluer les liens éventuels avec l'exposition au site industriel. L'enquête a été conduite par téléphone auprès de 1 495 habitants de Salindres et de ses environs entre octobre et décembre 2012. Ont été collectées des informations portant sur la qualité de vie, l'anxiété, les troubles du sommeil, ainsi que des symptômes irritatifs pouvant résulter de l'exposition à des substances chimiques rejetées par les activités industrielles. Cette étude montre que les riverains de la plateforme évaluent plus favorablement leur qualité de vie que le reste de la population française de référence. Parmi eux, ceux qui sont exposés aux nuisances (odeurs et bruits) se déclarent en moins bonne santé que les personnes non exposées. Cela se traduit par de l'anxiété, des troubles du sommeil et une dégradation de la qualité de vie. Aucune relation entre les concentrations atmosphériques en polluant (PM10) et la symptomatologie irritative n'a été mise en évidence. Ces résultats permettent de proposer les mesures de gestion suivantes : poursuivre les actions de réduction des nuisances industrielles, améliorer le dialogue social concernant les activités industrielles, et recourir aux renforcements des capacités communautaires des habitants. Il s'agit de la première étude réalisée par Santé publique France utilisant des indicateurs de santé basés sur la santé perçue et la qualité de vie, approche permettant d'appréhender les facteurs liés aux caractéristiques cognitives et émotionnelles associées à la perception des nuisances et des risques industriels, en complément des caractéristiques intrinsèques du risque sanitaire lié à la pollution chimique.

Auteur : Daniau Côme, Wagner Vérène, Kermarec Florence
Année de publication : 2018
Pages : 123 p.