Cas groupés de fièvre Q dans le pays niortais, avril-mai 2017

Publié le 20 Novembre 2019
Mis à jour le 22 Novembre 2019

Début juin 2017, un infectiologue du Centre hospitalier (CH) de Niort signale à Santé publique France une augmentation inhabituelle de cas de fièvre Q hospitalisés dans son service, depuis début mai. La cellule de Santé publique France en Nouvelle Aquitaine, en lien avec la cellule de veille d'alerte et de gestion sanitaire (CVAGS), a réalisé une investigation afin d'identifier la ou les sources de contamination dans le but de proposer des mesures de contrôle et de prévention adaptées. Un cas a été défini comme une personne résidant ou de passage à Niort ayant présenté entre le 15 avril 2017 et le 16 juin 2017 une symptomatologie évocatrice de fièvre Q (cas signalé) et ayant une confirmation sérologique confirmée par le Centre national de référence (CNR) des Rickettsia, Coxiella et Bartonella (cas confirmé). Les informations cliniques ont été recueillies auprès du médecin du CH de Niort, et un questionnaire exploratoire sur les expositions à risques a été administré aux cas par téléphone. En parallèle, des enquêtes épidémiologiques vétérinaires ainsi que des prélèvements sur les animaux et dans l'environnement ont été réalisés dans le cadre de la Plateforme d'épidémio-surveillance en santé animale (ESA) dans les élevages de la zone identifiée. Au total, 11 cas confirmés par le CNR sont survenus entre le 15 avril et le 13 juin, avec un pic en semaines 16 et 17 (du 17 au 30 avril). Les 11 cas étaient domiciliés majoritairement sur Niort et alentours dans un rayon de 20 km (vers l'entrée du Marais poitevin en majorité). Aucune activité professionnelle ou de loisirs des cas n'a été identifiée comme source commune. L'enquête vétérinaire a mis en évidence la circulation de la bactérie dans plusieurs élevages de la zone. En conclusion, l'enquête épidémiologique oriente à la fois vers l'hypothèse d'une source de contamination commune (sans qu'elle n'ait pu être mise en évidence) ou d'une contamination multiple au cours de la période à risque de diffusion. Des courriers et une réunion d'information ont été envoyés aux éleveurs pour les informer des résultats de l'enquête, les sensibiliser à la maladie et proposer des recommandations sur les pratiques d'épandages, de vaccination et de déclaration des avortements.

Auteur : Bernadou Anne, Lambert Yann, Gache Kristel
Année de publication : 2019
Pages : 30 p.
Collection : Études et enquêtes