Surveillance de la pneumocystose dans 14 hôpitaux de l'Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP), France, 2003-2005

Publié le 6 Février 2007
Mis à jour le 5 juillet 2019

Introduction - La pneumocystose (PCP) est l'une des principales infections fongiques opportunistes. A ce jour, une prophylaxie par le cotrimoxazole correctement administrée reste efficace. Des marqueurs génétiques de potentielle résistance aux sulfamides, principales molécules utilisées en chimioprophylaxie, ont toutefois été rapportés : mutations du gène codant pour la dihydroptéroate synthétase (DHPS). Méthode - Le réseau, qui regroupe 14 hôpitaux de la région parisienne, recueille des données sur l'épidémiologie de la pneumocystose et permet de génotyper les souches ; les laboratoires hospitaliers déclarent les cas prouvés cliniquement et biologiquement. Les mutations de la DHPS sont recherchées par PCR-RFLP. Résultats - Du 1/01/2003 au 31/12/2005, 471 cas ont été notifiés. 64 % des patients étaient infectés par le VIH. La proportion d'hommes était de 69 % et l'âge médian de 46 ans. Chez les patients VIH+, la PCP révélait l'infection virale dans 44 % des cas. Chez les patients VIH+ connus, aucune prophylaxie n'était prescrite dans 74 % des cas, les 23 prophylaxies par cotrimoxazole déclarées étaient associées à un défaut d'observance ou une intolérance ; il s'agissait d'un second épisode dans 16 % des cas. Chez les patients VIH-, une corticothérapie était prescrite dans 60 % des cas et une chimiothérapie dans 49 % des cas ; 91 % ne bénéficiaient pas de prophylaxie. Des mutations de la DHPS ont été détectées dans 47 des 183 échantillons étudiés, sans relation avec la mortalité ou une prophylaxie antérieure. (R.A.)

Auteur : Magne D, Angoulvant A, Botterel F, Bouges Michel C, Bougnoux ME, Chochillon C, Cornet M, Dannaoui E, Datry A, Dunand J, Galeazzi G, Sarfati C, Yera H, Roux P
Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire, 2007, n°. 5, p. 42-4