L'auto-prélèvement vaginal est une méthode efficace pour augmenter la participation au dépistage du cancer du col de l'utérus : un essai randomisé en Indre-et-Loire.

Publié le 24 Janvier 2017
Mis à jour le 10 septembre 2019

Contexte : la participation au dépistage du cancer du col de l'utérus (CCU) reste insuffisante dans la plupart des pays. Notre objectif était d'évaluer la performance, en termes de participation, et le rapport coût-efficacité de l'envoi, au domicile de femmes non dépistées, d'un kit pour auto-prélèvement vaginal (APV) en vue de la recherche de papillomavirus humains à haut risque (HPV-HR). Méthodes : en mars 2012, 6 000 femmes de 30-65 ans non dépistées, vivant en Indre-et-Loire (département couvert par un dépistage organisé du CCU) et n'ayant pas répondu à une invitation à réaliser un frottis cervico-utérin (FCU) ont été randomisées dans trois groupes : " Sans d'intervention " ; " Relance " : envoi d'une lettre incitant à réaliser un FCU ; et "/Auto-prélèvement/" : envoi d'un kit d'APV à renvoyer au laboratoire pour test HPV. Résultats : la participation était plus élevée dans le groupe " auto-prélèvement " que dans les groupes " sans intervention " (22,5% vs 9,9%, p<0,0001) et " relance " (11,7%, p<0,0001). Dans le groupe " auto-prélèvement ", 320 femmes ont réalisé un APV ; 40 femmes parmi les 44 ayant un test HPV-HR positif ont réalisé le FCU de triage recommandé (16,0%). Les ratios différentiels coût-résultat par femme dépistée supplémentaire étaient 77,8EUR et 63,2EUR pour les groupes " relance " et " auto-prélèvement ", par rapport au groupe " sans intervention ". Conclusion : l'envoi à domicile d'un un kit d'APV est plus efficace et coût-efficace qu'une lettre de relance pour augmenter la participation au dépistage du CCU parmi des femmes non dépistées.

Auteur : Haguenoer K, Boyard J, Sengchanh S, Gaudy Graffin C, Fontenay R, Marret H, Goudeau A, Pigneaux de Laroche N, Rusch E, Giraudeau B
Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire, 2017, n°. 2-3, p. 59-65