Mise en oeuvre du dépistage néonatal de la surdité en Rhône-Alpes. État des lieux 2016 et 1er semestre 2017

Publié le 24 Juillet 2018
Mis à jour le 10 septembre 2019

Introduction : le dépistage néonatal de la surdité (DNS) a débuté en tant que programme de santé en 2015 en Rhône-Alpes, avec l'objectif de dépister les surdités uni et bilatérales. Après test (T1) et retest (T2) en maternité, l'étape diagnostique était concentrée dans un nombre limité de centres. Un test différé préalable (T3) était proposé avant 1 mois. Les objectifs de l'étude étaient d'évaluer la mise en oeuvre du programme et l'impact du T3. Matériels et méthodes : l'étude rétrospective observationnelle s'appuyait sur les données transmises en routine à l'organisme régional en charge du dépistage néonatal par les maternités et les centres experts. Résultats : toutes les maternités et unités de néonatologie de Rhône-Alpes proposaient le DNS, 47/51 maternités utilisaient les techniques recommandées. L'exhaustivité atteignait 99,7% parmi les nouveau-nés légalement éligibles (hors les 0,2% de refus parentaux). Un T2 était nécessaire pour 10,2% des enfants, et il était suivi d'un T3 pour 31,3% des T2 anormaux ; 88,6% des T3 étaient déclarés normaux. Enfin, 2,2% des nouveau-nés étaient adressés en centre diagnostic pour test non concluant uni ou bilatéral. Les issues à 6 mois montraient, pour 2016, un taux de surdité global à 1,7‰ (4,7‰ chez les nouveau-nés transférés) et de surdité bilatérale à 1,2‰. Parmi les enfants avec retests anormaux 7,7% étaient perdus de vue. Dans le réseau recourant largement au T3, 0,6% des enfants étaient adressés en centre de diagnostic, soit 4 enfants adressés pour 1 sourd, versus 17 (p<0,001) pour le reste de la région en 2016. Conclusion : en Rhône-Alpes les objectifs nationaux et régionaux de couverture du DNS sont largement dépassés. Limiter les perdus de vue reste essentiel. La répétition d'un test automatisé vers 2-4 semaines de vie améliore le dépistage et limite considérablement l'adressage en centre expert sans augmenter les perdus de vue. Le DNS est un processus complexe (parcours, acteurs, évaluation). Les perspectives du réseau sont de confronter les expériences et de solliciter les retours des parents.

Auteur : Bouillot Lorène, Vercherat Maurice, Durand Catherine
Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire, 2018, n°. 27, p. 556-562