Point épidémiologique Covid-19 du 1er octobre : l’épidémie se maintient à un niveau élevé, la prévention doit se renforcer

Publié chaque semaine, le point épidémiologique relatif à la surveillance de la Covid-19 présente une analyse détaillée des différents indicateurs mis en place par Santé publique France et ses partenaires pour suivre l’évolution de l’épidémie et orienter les décisions publiques. Le point épidémiologique du 1er octobre montre que l’épidémie poursuit sa progression. Les indicateurs de suivi de l’épidémie connaissent des évolutions différentes et leur interprétation appelle à la prudence. Les prochaines semaines seront déterminantes pour mieux apprécier ces évolutions dans le temps. En matière de prévention, les résultats de la vague 15 de l’étude CoviPrev montrent que les Français adoptent systématiquement le port du masque mais qu’ils relâchent davantage leur attention concernant les interactions sociales. Le virus circule activement dans la population, le respect des mesures de prévention est toujours d’actualité.

Mis à jour le 02 octobre 2020

Poursuite de l’épidémie chez les jeunes et les plus âgés

Avec 70 458 cas confirmés en semaine 39, l’épidémie continue de progresser. Le taux de positivité pour SARS-CoV-2 chez les patients symptomatiques (SI-DEP) est passé de 7,8% en semaine 38 contre 13,4% en semaine 39 (+6,1 points). Parallèlement, le nombre d’hospitalisations (4 204 en semaine 39 vs 3 657 en semaine 38) et le nombre d’admissions en réanimation augmentent de +15% et + 31 %.

Le nombre d’actes SOS médecins rapportés et le nombre de passage aux urgence pour suspicion de COVID-19 sont en baisse respectivement de -27% et -23%. La baisse de certains indicateurs de suivi, qui pourrait s’expliquer par des variations dans les recours aux soins et au dépistage aux cours des dernières semaines, est à interpréter avec une grande prudence dans un contexte d’allongement des délais de consolidation des données et alors que parallèlement d’autres indicateurs augmentent.

En semaine 39, les jeunes adultes (15 à 44 ans) restaient les plus touchés par le SARS-CoV-2 (incidence de 172/100 000 hab), suivi par les 45-64 ans. Par ailleurs, depuis la mi-août le nombre de cas a été multiplié par 4,3 chez les personnes de 75 ans et plus et 3,4 chez les personnes de 65 à 74 ans.
En France métropolitaine, le nombre hebdomadaire de nouvelles admissions en réanimation continue de suivre une augmentation exponentielle. Les taux d’hospitalisation en réanimation les plus élevés étaient observés en Ile-de-France (2,22) en Provence-Alpes-Côte d’Azur (1,82/100 000 habitants).
Si la dynamique de l’épidémie se poursuit, il est estimé que le nombre hebdomadaire de nouveaux patients admis à l’hôpital aura doublé dans 25 jours et que le nombre hebdomadaire de nouveaux patients admis en réanimation aura doublé dans 16 jours.

Mesures barrières, le respect collectif et individuel reste essentiel

Les résultats de la 15e vague de l’étude CoviPrev menée du 21 au 23 septembre nous enseignent que le maintien du respect de toutes les mesures de prévention dans la durée est difficile et que celui-ci varie en fonction des âges.

Entre les vagues 14 et 15, l’adoption systématique des mesures de prévention est restée stable à l’exception du « port du masque en public » et « saluer sans se serrer la main et arrêter les embrassades » qui augmentent respectivement de 5 et 4 points. Le port du masque en public est en constante progression depuis la sortie du confinement, passant de 46,2% en vague 7 à 73,9% en vague 15.

Les mesures de prévention concernant le lien social sont par contre en baisse :

  • Le respect de la mesure « éviter les rassemblements festifs » a diminué de 4 points entre la vague 14 et la vague 15 (52,7% versus 48,5%).
  • L’adoption systématique de la mesure « éviter les regroupements et réunions en face-à-face » a fortement diminué depuis la sortie du confinement (près de 40 points en moins) : 71,9% en vague 7 et 32,3% en vague 15.
  • Les personnes âgées de 65 ans et plus, particulièrement à risque de développer une forme grave de COVID-19, suivent en revanche plus systématiquement les mesures de prévention préconisées. Elles étaient ainsi, fin septembre, 59% à garder systématiquement une distance d’au moins un mètre et 39% à éviter systématiquement les regroupements et les réunions en face à face.
a lire aussi

Communiqué de presse

Télécharger (pdf - 248.47 Ko)