Peut-on estimer la prévalence de la maladie d'Alzheimer et autres démences à partir des bases de données médico-administratives ? Comparaison aux données de cohortes populationnelles.

Publié le 20 Septembre 2016
Mis à jour le 10 septembre 2019

Introduction : les données du Système national d'information inter-régimes de l'Assurance maladie (Sniiram) représentent un outil possible pour la surveillance épidémiologique de la maladie d'Alzheimer et autres démences (MAAD). L'objectif de cette étude était de comparer les prévalences de MAAD prises en charge à partir du Sniiram aux résultats d'études de cohortes populationnelles françaises lorsque cela est possible ou, à défaut, européennes. Méthodes : dans le Sniiram, les individus consommant un médicament spécifique de la MAAD, en ALD (affection longue durée) ou hospitalisés pour MAAD ont été identifiés parmi les individus âgés de 40 ans et plus, affiliés au régime général et vivants au 31 décembre 2014. Des taux de prévalence bruts et standardisés sur l'âge et le sexe de la population française ont été calculés. Chez les plus de 65 ans, les taux spécifiques par sexe et classe d'âge ont été comparés aux estimations obtenues dans la cohorte française Paquid en calculant des rapports de prévalence (RP) à l'aide de régressions de Poisson. Chez les moins de 65 ans, en l'absence de données françaises, les taux spécifiques par classe d'âge ont été comparés aux données provenant d'autres études européennes. Résultats : au total, 524 770 cas prévalents de MAAD ont été identifiés fin 2014 (Tauxstandardisé=2,2%, 2,9% chez les femmes et 1,5% chez les hommes). Après l'âge de 70 ans, les estimations de prévalence obtenues dans le Sniiram sont en moyenne 1,6 fois inférieures à celles attendues par rapport à l'étude Paquid (8,1% versus 12,1%). Avant 70 ans, les estimations obtenues dans le Sniiram sont proches de celles de l'étude Rotterdam (RP55-70ans=0,7, IC95% = 0,5-1,1), l'unique étude retenue pour nos comparaisons sur cette tranche d'âge. Conclusion : les données de prévalence de la MAAD obtenues à partir du Sniiram doivent être interprétées avec prudence et doivent tenir compte de l'âge. Si ces données sous-estiment la prévalence de la MAAD après 70 ans, cette étude souligne leur potentiel pour les estimations de prévalence avant cet âge. Le nombre de cas de MAAD jeune peut être estimé à environ 34 500 en France (2? personnes de 40-65 ans). Une validation directe de ces données reste indispensable.

Auteur : Carcaillon-Bentata L, Quintin C, Moutengou E, Boussac Zarebska M, Moisan F, Ha C, Elbaz A
Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire, 2016, n°. 28-29, p. 459-67