Facteurs professionnels en lien avec le suicide au sein des salariés affiliés à la Mutualité sociale agricole (MSA) et en activité entre 2007 et 2013

Publié le 13 December 2019
Mis à jour le 28 Janvier 2020

Position du problème : le travail et ses expositions sont susceptibles de jouer un rôle dans le suicide et la littérature suggère des associations entre certains facteurs professionnels et le suicide. L'identification de facteurs de risque professionnels de la mortalité par suicide des salariés affiliés à la Mutualité sociale agricole (MSA), population peu étudiée, apparaît importante. L'objectif de cette étude était d'identifier les facteurs professionnels associés à la mortalité par suicide au sein de la population de salariés affiliés à la MSA en activité entre 2007 et 2013. Méthodes : la population d'étude était composée de l'ensemble des salariés affiliés à la MSA entre le 1er janvier 2007 et le 31 décembre 2013 soit 1 699 929 hommes et 1 201 017 femmes. Les facteurs professionnels étudiés comportaient : le secteur d'activité, le statut employé/cadre et le contrat de travail. Des analyses de survie (modèle de Cox), stratifiées sur le genre, ont été réalisées en utilisant l'âge comme échelle de temps et la région et l'année du contrat de travail comme variables d'ajustement. Résultats : pour les hommes, les facteurs associés à une augmentation du risque de mortalité par suicide étaient les activités dans les secteurs " travaux forestiers ", " cultures et élevages ", " entreprises de travaux ", et " coopération ", le statut d'employé et le fait de travailler en Bretagne, Bourgogne-Franche-Comté, Pays de la Loire, Normandie, Grand Est et Centre-Val-de-Loire. Aucune association n'était observée pour les femmes. Conclusion : ces résultats suggèrent que le secteur d'activité et le statut d'employé peuvent être associés au suicide chez les hommes de la population salariée MSA et sont susceptibles de contribuer à la définition de mesures de prévention. D'autres études semblent nécessaires toutefois pour confirmer et mieux comprendre ces associations.

Auteur : Klingelschmidt J, Chastang J.F, Khireddine-Medouni I, Chérié-Challine L, Niedhammer I
Revue d'Épidémiologie et de Santé Publique, 2019, p. 1-8