Surveillance des risques biologiques liés à la consommation de coquillages en France.

Publié le 9 Mai 2012
Mis à jour le 9 septembre 2019

Les coquillages filtrent des volumes d'eau importants afin de satisfaire leurs exigences nutritionnelles et ingèrent ainsi le phytoplancton, mais concentrent également les micro-organismes présents dans l'eau naturellement (vibrions, phycotoxines) ou d'origine fécale rejetés en mer par voie hydrique (virus entériques, entérobactéries, protozoaires). L'analyse des données issues des systèmes contribuant à la surveillance des toxi-infections liées à la consommation de coquillages et des investigations d'épidémies publiées montre que, en France, les toxi-infections liées à la consommation de coquillages sont principalement d'origine virale, dues majoritairement aux norovirus et secondairement au virus de l'hépatite A (VHA). Le risque lié aux phycotoxines apparaît faible et celui lié aux entérobactéries et aux vibrions très faible. La déclaration obligatoire (DO) des Tiac reste le système le plus performant pour la surveillance et la détection d'effets sanitaires liés à la consommation de coquillages. Cette DO pourrait être renforcée dans les zones conchylicoles, d'une part en augmentant son exhaustivité par une sensibilisation des déclarants potentiels dans la zone surveillée et, d'autre part, en augmentant le nombre et la qualité des investigations. En termes de prévention, les systèmes de surveillance du milieu et des coquillages adaptés aux risques phycotoxiniques et bactériologiques pourraient être complétés par une approche préventive des contaminations fécales, basée principalement sur la sécurisation des systèmes d'assainissement et le partage entre les partenaires des signaux d'alerte permettant de suspecter ou anticiper une contamination du milieu, afin que des mesures de sauvegarde des coquillages puissent être mises en uvre par les conchyliculteurs. (R.A.)

Auteur : Vaillant V, Jourdan Da Silva N, Quilici ML, Couturier E, Le Guyader S, Delmas G, Le Saux JC
Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire, 2012, n°. Hors-série, p. 34-7