Epidémie d'infections à Escherichia coli O157 producteur de shigatoxines (STEC), Pays-Bas, septembre-octobre 2005. Shiga toxin-producing Escherichia coli (STEC) O157 outbreak, The Netherlands, September - October 2005

Publié le 10 Avril 2019
Mis à jour le 16 mai 2019

En septembre 2005, la première épidémie d'Escherichia coli O157 producteur de shigatoxines (Stx) (STEC) associée aux aliments a fait l'objet d'une investigation aux Pays-Bas. Un total de 21 cas confirmés microbiologiquement (dont un cas secondaire) et 11 cas probables (deux cas primaires et neuf cas secondaires) ont été identifiés entre le 11 septembre et le 10 octobre 2005. D'après les enquêtes préliminaires, les facteurs de risque possibles étaient la consommation de viande de boeuf crue, (steak tartare, aussi appelé " filet américain " aux Pays-Bas), et le contact avec d'autres personnes symptomatiques. L'étude cas-témoin qui a suivi étayait l'hypothèse du steak tartare comme source de l'épidémie (odds-ratio apparié (OR) 272, 95% intervalle de confiance (IC) 3-23 211). La consommation de légumes prêts à consommer a également été associée à l'infection à STEC O157 (OR apparié 24, 95% IC 1,1¿528), mais a été considérée comme une source moins probable car seuls 40% des cas y avaient été exposés. Les échantillons de steak tartare prélevés auprès d'une chaîne de supermarchés où la plupart des patients (67%) ont vraisemblablement acheté leur viande, étaient tous négatifs pour STEC O157. Cependant, les échantillons ont été pris trois jours après l'apparition des symptômes chez les derniers cas rapportés. La maladie étant survenue chez 88% des cas sur une période de deux semaines, une contamination ponctuelle de la source peut expliquer ces résultats négatifs. Il a été conclu que le steak tartare était la cause la plus probable de cette première épidémie à STEC O157 associée aux aliments aux Pays-Bas. (R.A.)

Auteur : Doorduyn Y, de Jager CM, van der Zwaluw WK, Friesema IH, Heuvelink AE, de Boer E, Wannet WJ, van Duynhoven YT
Eurosurveillance. European communicable disease quarterly, 2006, n°. 7-9, p. 182-5