Immigrants et tuberculose : données épidémiologiques récentes

Publié le 1 Mars 2009
Mis à jour le 10 septembre 2019

Les immigrants, et notamment ceux récemment arrivés sur le territoire, constituent un groupe particulièrement à risque pour la tuberculose. Près de la moitié des cas de tuberculose déclarés en France en 2006 étaient nés à l'étranger. L'incidence parmi les sujets nés à l'étranger était environ sept fois plus élevée que l'incidence retrouvée parmi les sujets nés en France (38,9/105 vs 5,2/105). L'incidence était également plus élevée dans les départements où sont regroupées des populations socioéconomiquement vulnérables comme l'Île-de-France. Les caractéristiques des cas de tuberculose différaient selon leur lieu de naissance. Ainsi, les cas nés à l'étranger avaient moins souvent de forme pulmonaire (68,2 % vs 78,2 % ; p < 0,001), résidaient plus souvent en collectivité et étaient plus souvent porteurs de souches multirésistantes. Un plan national de lutte contre la tuberculose a été mis en place en 2007, dont l'un des objectifs sera de réduire les disparités épidémiologiques qui perdurent.(R.A.)

Auteur : Che D, Antoine D
Médecine et maladies infectieuses, 2009, vol. 39, n°. 3, p. 187-90