Légionellose

La légionellose est causée par la bactérie Legionella. Elle débute par un état grippal fébrile qui évolue vers une pneumopathie. Une prise en charge rapide et adaptée permet une évolution favorable.

Mis à jour le 20 juin 2019

La légionellose : données

Le dispositif de surveillance de la légionellose permet :

  • au niveau local, d'identifier les expositions à risque, de rechercher d'autres cas liés à ces expositions et de prendre les mesures environnementales de contrôle appropriées.
  • au niveau national, de connaître la fréquence, les tendances et les principales caractéristiques épidémiologiques de cette maladie et d'identifier des cas groupés.
  • au niveau européen, d'identifier des cas groupés pouvant être rattachés à une source commune d'exposition lors d'un voyage afin de prendre les mesures de prévention appropriées.

Situation épidémiologique de la légionellose en France au 21/08/2018

Santé publique France observe une augmentation du nombre de cas de légionellose depuis 2017 (1 630 cas notifiés en 2017, nombre le plus élevé depuis le début de la surveillance).
Au 21 août 2018, 1 312 cas de légionellose ont ainsi été enregistrés au niveau national. En comparaison, à la même période en 2017, 850 cas des 1 630 cas avaient été enregistrés, soit une augmentation de +64%. Depuis le 1er janvier 2018, le nombre de cas mensuel (selon la date de début des signes) est toujours supérieur aux années précédentes, particulièrement en mai (+63% par rapport à mai 2017) et en juin (+228% par rapport à juin 2017) avec une augmentation marquée en semaines 23 et 24 (du 4 au 17 juin) (Figure 1). Cette augmentation a été plus marquée dans les régions Île-de-France, Auvergne-Rhône-Alpes, Centre-Val de Loire, Nouvelle-Aquitaine et Pays de la Loire. La diminution du nombre de cas hebdomadaire au niveau national s’est amorcée en semaine 25 (du 18 au 24 juin) et se poursuit vers des valeurs habituellement rencontrées à cette période de l’année au niveau national. Cette diminution est observée dans toutes les régions de France métropolitaine.

Les caractéristiques des cas survenus en juin diffèrent de celles habituellement décrites. En comparaison avec les cas survenus de janvier à mai 2018, les cas de juin sont plus souvent des hommes (80% versus 69%, p< 10-6), plus jeunes (moyenne 60 ans versus 66 ans) et avec plus de facteurs risque (77% versus 70%, p=0.003) principalement le tabagisme (56% versus 39%, p<10-6). Ce sont le plus souvent des cas communautaires sans exposition particulière identifiée. Par ailleurs, on ne note pas d’augmentation de cas dans les établissements hospitaliers ou les Ehpad.

Distribution mensuelle, par date de début des signes, du nombre de cas de légionellose en France, 2017-2018 (Données provisoires pour 2018)
Distribution mensuelle, par date de début des signes, du nombre de cas de légionellose en France, 2017-2018 (Données provisoires pour 2018)

Une des hypothèses pour expliquer cette augmentation serait l’influence des facteurs météorologiques sur la survenue des cas de légionellose notamment la température, les précipitations et l’humidité qui semblent être, selon les différentes études disponibles dans la littérature, des variables-clé dans la dispersion et la survie des légionelles.

Santé publique France (Cellules d’intervention en région, Cire) travaillent en lien avec les agences régionales de santé (ARS) pour l’identification et l’investigation d’éventuels cas groupés à la recherche de sources communes de contamination ; à ce jour, aucune source de contamination commune n’a été identifiée. Le système de surveillance de la légionellose est à la fois exhaustif (exhaustivité évaluée à 89% en 2010) et réactif (majorité des cas notifiés dans les 10 jours après la date de début des signes).

Le traitement de la légionellose est d’autant plus efficace qu’il est mis en œuvre rapidement. Il est donc important que le diagnostic clinique de légionellose soit évoqué devant une symptomatologie compatible, et qu’une confirmation biologique soit effectuée au plus vite en cas de suspicion de légionellose. Sous traitement antibiotique adapté (macrolides ou fluoroquinolones), l’évolution de la maladie est favorable dans la majorité des cas.

Pour plus d’information sur la situation en région de la légionellose, consultez les derniers points épidémiologiques d’Ile-de-France, Auvergne-Rhône-Alpes, Pays-de-la-Loire, Centre-Val-de-Loire et Nouvelle-Aquitaine

Pour accéder à nos autres données

données 24/08/2018

Données de surveillance de la légionellose de 1988 à 2017

vignette-donnees
8/07/2019

La légionellose en France, données épidémiologiques 2017

données 26/06/2018

Bilan des cas de légionellose survenus en France en 2017