Les facteurs de risque de survenue des légionelloses sporadiques communautaires en France

Publié le 1 Juillet 2007
Mis à jour le 9 septembre 2019

Contexte : La légionellose est une étiologie reconnue des pneumonies bactériennes communautaires de l'adulte et pour laquelle la mortalité est élevée. Les facteurs de risque ont principalement été identifiés lors de la survenue d'épidémies et les facteurs de risque spécifiques aux cas sporadiques communautaires sont peu documentés, alors qu'ils représentent plus de 50 % des cas de légionellose. Nous avons réalisé une étude cas-témoins pour identifier les facteurs de risque de survenue de la légionellose sporadique communautaire. Méthode : Les cas ont été inclus dans l'étude de septembre 2002 à septembre 2004. Chaque cas de légionellose sporadique communautaire biologiquement confirmé était apparié à un témoin selon l'âge, le sexe, la présence et le type de pathologie sous-jacente, et la zone de résidence. Les données recueillies concernaient les facteurs liés à l'hôte, à ses activités et son environnement. Les cas et les témoins étaient interrogés par téléphone, à l'aide d'un questionnaire standardisé. L'analyse a consisté en une régression logistique conditionnelle. Résultats : L'analyse a porté sur 546 paires. La mortalité était de 3,5 %. L'âge moyen des cas était de 57 ans (min-max: 18-93) et le sexe ratio homme/femme de 3,6. Le diagnostic reposait, dans 93 % des cas, sur la positivité de l'antigénurie urinaire. Pour 29 % des cas, une pathologie sous-jacente était documentée. Les cas étaient plus souvent fumeurs que les témoins (avec la mise en évidence d'une augmentation du risque à mesure que l'exposition augmentait), avaient plus souvent voyagé (OR95%IC 2,9 ; 1,5-5,7) ou fréquenté un hôtel (OR95%IC 6,1 ; 2,6-14,2) et faisaient plus souvent leur toilette exclusivement au lavabo (OR95%IC3,5 ; 1,6-7,7) que les témoins. Aucune autre exposition n'était associée à la survenue de la maladie. Conclusion : L'exposition au tabac et les voyages avaient déjà été identifiés comme facteurs de risque pour la légionellose sporadique communautaire, mais c'est la première fois qu'un effet dose est ainsi documenté pour le tabac. Les résultats de cette étude contribuent à l'amélioration des connaissances sur cette pathologie et fournissent des informations qui permettront d'améliorer à terme l'identification des patients les plus à risque. (R.A.)

Auteur : Che D
Année de publication : 2007
Pages : 37 p.