Legionnaires' disease in France: sensitivity of the mandatory notification has improved over the last decade

Publié le 2 December 2013
Mis à jour le 9 septembre 2019

The notification rate of Legionnaires" disease (LD) in France was 2·4/100 000 population in 2010, varying across regions with an increasing rate from west to east. Two sources [mandatory notifications (MN) and a survey of hospital laboratories] were used in a capture-recapture study to estimate the number of LD cases and the sensitivity of the MN system at national and regional levels in 2010. The number of missed cases was estimated using Chapman's method. The estimated sensitivity of MN was 88·5% (95% CI 88·0-89·0) and ranged from 70% to 100% by region. The estimated incidence was 2·7/100 000 population. Sensitivity of the MN system improved since the previous capture-recapture estimates (10% in 1995, 33% in 1998). This study confirmed that the observed west-east gradient is not related to regional notification disparities. Ecological studies should be conducted to better understand the observed spatial variations in LD incidence. Traduction du résumé : En 2010, le taux de notification de la légionellose était de 2,4/100 000 habitants en France, marqué par un gradient croissant d'ouest en "est. Deux sources [déclaration obligatoire (DO) et une enquête auprès des laboratoires hospitaliers] ont été utilisées dans une étude capture-recapture pour estimer le nombre de cas de légionellose et l'exhaustivité du système de DO aux niveaux national et régional en 2010. Les estimations du nombre de cas ont été calculées selon la méthode de Chapman. Le taux d'exhaustivité de la DO était à 88,5% (IC95% 88.0-89.0) et variait de 70% à 100% selon les régions. L'incidence estimée était de 2, 7/100 000 habitants. La sensibilité du système de DO s'est améliorée depuis les précédentes estimations par capture-recapture (10% en 1995, 33% en 1998). Cette étude a confirmé que le gradient ouest-est observé n'est pas lié aux disparités régionales de notification. Des études écologiques devraient être menées afin de mieux comprendre les variations spatiales observées dans l'incidence de la ML. (Traduction effectuée par la Cellule de Valorisation Editoriale - CeVE - de l'InVS)

Auteur : Campese C, Jarraud S, Sommen C, Maine C, Che D
Epidemiology and Infection, 2013, vol. 141, n°. 12, p. 2644-9