Legionnaires' disease in France

Publié le 1 Mars 2015
Mis à jour le 10 septembre 2019

The aim of this review was to describe the current knowledge of Legionnaires" disease (LD) illustrated by the epidemiological situation in France in 2013. LD is a severe pneumonia commonly caused by Legionella pneumophila serogroup 1. The diagnosis is usually based on the urinary antigen test. This rapid method reduces the delay between clinical suspicion and initiation of an appropriate treatment. However, the availability of a clinical strain is important to improve knowledge of circulating bacteria, to document case clusters, and to identify the sources of contamination. The source of contamination is unknown in most cases. The main contamination sources generating aerosols are water network systems and cooling towers. Thanks to the strengthening of clinical and environmental monitoring and to several guidelines, no epidemic has been reported in France since 2006. Despite these efforts, the number of LD cases has not decreased in recent years. It is essential that applied research continue to better understand the spatial and temporal dynamics of the disease and its characteristics (impact of environmental factors, sources of exposure, strains, host, etc.). Fundamental knowledge has been greatly improved (pathogenesis, immune mechanisms, etc.). The results of this research should help define new strategies for the diagnosis, prevention, and control to decrease the number of LD cases diagnosed every year. Traduction du résumé : Cet article avait pour objectif d'effectuer une synthèse sur les connaissances actuelles de la légionellose illustrées par le bilan épidémiologique en France en 2013. La légionellose est une pneumopathie souvent sévère due en majorité aux bactéries Legionella pneumophila sérogroupe 1.Le diagnostic repose essentiellement sur la détection de l'antigène dans les urines, méthode permettant d'écourter le délai entre la suspicion clinique et la mise en route d'un traitement adapté. Cependant, la disponibilité d'une souche clinique est primordiale car elle permet d'améliorer les connaissances sur les bactéries, de documenter les cas groupés et de préciser les sources de contamination. Pour la majorité des cas, la source de contamination demeure inconnue. Les principales installations susceptibles d'être à l'origine des cas sont les réseaux d'eaux sanitaires et les tours aéroréfrigérantes. Grâce au renforcement de la surveillance et à la diffusion de nombreuses règlementations visant l'amélioration des mesures de contrôles et de prévention, aucune épidémie n'a été identifiée en France depuis 2006. Malgré ces efforts, le nombre de cas de légionellose ne diminue pas ces dernières années. Pour mieux comprendre la dynamique temporo-spatiale de la légionellose et l'ensemble des déterminants de la maladie (impact des facteurs environnementaux, caractéristiques des sources d'exposition, des souches et de l'hôte...), il est essentiel que les recherches appliquées se poursuivent. Parallèlement, les connaissances fondamentales ont largement progressé. Ces recherches contribueront à terme à la définition de nouvelles stratégies de diagnostic, de contrôle et de prévention et à faire régresser le nombre de cas de légionellose diagnostiqués chaque année. (Traduction effectuée par la Cellule de Veille Editoriale - CeVE - de l'InVS)

Auteur : Campese C, Descours G, Lepoutre A, Beraud L, Maine C, Che D, Jarraud S
Médecine et maladies infectieuses, 2015, vol. 45, n°. 3, p. 65-71