Le syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS) : première épidémie du XXIe

Publié le 1 Janvier 2003
Mis à jour le 10 septembre 2019

En mars 2003 une alerte mondiale a été déclenchée concernant une épidémie de pneumopathies sévères, ayant débuté en Chine, et s'étant progressivement étendue à de nombreux pays en quelques semaines. L'origine virale (Coronavirus) a pu rapidement être mise en évidence, sa gravité attestée par une létalité entre 5 et 15 %. Cette épidémie a permis de souligner la nécessité de développer un système d'alerte sanitaire mondial, en lien avec l'OMS. L'émergence de nouveaux agents infectieux, en particulier de virus passsant de l'animal à l'homme, constitue un risque de mieux en mieux identifié, et dont la dissémination internationale rapide est favorisée par l'accroissement des migrations humaines et du trafic aérien. En deux mois 8000 cas ont été identifiés dans 31 pays faisant plus de 600 morts. La mobilisation active du système de santé et des professionnels, et la mise en oeuvre d'une poilitique précoce de détection, d'isolement et de prise en charge des cas constituent l'élément essentiel de la maitrise du risque épidémique. L'information du public, dans un contexte épidémique mondial demeure difficile, et les dérives sécuritaires un risque non négligeable pour les professionnels de santé et pour les populations exposées.

Auteur : Brucker G
Bulletin de l'Académie nationale de médecine, 2003, vol. 187, n°. 5, p. 977-82