Corrélations entre asthme déclaré et remboursements de médicaments dans l'enquête ESPS 2006. Peut-on proposer des indicateurs de suivi de la prise en charge de l'asthme basés sur les remboursements de médicaments ?

Publié le 1 Septembre 2012
Mis à jour le 5 juillet 2019

De nombreuses études montrent que la prise en charge de l'asthme est insuffisante. Les données de remboursement de l'assurance maladie pourraient s'avérer intéressantes dans la surveillance de l'asthme. Cependant, contrairement aux données disponibles dans d'autres pays, les diagnostics portés lors des consultations de ville ne sont pas mentionnés. À partir des données l'enquête santé et protection sociale (ESPS) 2006, la qualité d'indicateurs basés sur les remboursements de médicaments a été étudiée afin de proposer des indicateurs de surveillance de la prise en charge de l'asthme. L'enquête ESPS est conduite tous les deux ans auprès d'un échantillon de ménages dont l'un des membres est assuré social. Un appariement avec les données de l'assurance maladie de l'année en cours permet de récupérer les consommations médicales. En 2006, l'auto-questionnaire sur la santé a inclus un module sur l'asthme et un appariement complémentaire avec les données de remboursement de 2004 et 2005 a été effectué pour les personnes enquêtées affiliées au régime général. La validité de différents algorithmes basés sur les remboursements de médicaments pour identifier les asthmes (ou les asthmes persistants) a été étudiée en calculant la sensibilité, la spécificité et les valeurs prédictives positive (VPP) et négative (VPN) au regard des données déclarées par les personnes enquêtées. Les corrélations entre les remboursements de bronchodilatateurs de courte durée d'action (BDCD) inhalés et le contrôle de l'asthme ont également été étudiées. Il est difficile de définir un indicateur basé sur les consommations médicamenteuses qui ait à la fois une bonne VPP et une bonne sensibilité vis-à-vis de l'asthme persistant et, en conséquence, de proposer des indicateurs de surveillance de la qualité de la prise en charge des asthmes persistants. Il est donc proposé de suivre, à partir de l'échantillon généraliste de bénéficiaires (EGB) de l'assurance maladie, deux populations qui correspondent à deux situations de non-contrôle de l'asthme : - les forts consommateurs de BDCD et forts consommateurs de corticoïdes inhalés (CI) (asthmes difficiles à traiter) ; - les forts consommateurs de BDCD et non, ou faibles, consommateurs de CI (asthmes insuffisamment traités). (R.A.)

Auteur : Delmas MC, Fuhrman C
Année de publication : 2012
Pages : 46 p.