Variations saisonnières du nombre des décès et de patients hospitalisés pour embolie pulmonaire, France 2000 2010

Publié le 1 Septembre 2014
Mis à jour le 10 septembre 2019

Introduction : l'embolie pulmonaire (EP) est responsable de l'hospitalisation d'environ 55 000 patients et de 15 000 décès par an. Des variations saisonnières de la mortalité par embolie pulmonaire (EP) ont été décrites. Notre objectif était d'étudier cette variabilité sur des données françaises de mortalité et d'hospitalisation. Méthodes : les décès par EP (en causes multiples) entre 2000 et 2010 ont été extraits des bases nationales sur les causes médicales de décès. Les patients hospitalisés en court séjour entre 2002 et 2010 ont été identifiés dans les bases du PMSI à partir du diagnostic (principal ou associé) d'EP. Les variations saisonnières ont été analysées en ajustant un modèle de Poisson. Des analyses stratifiées sur le sexe et l'âge ont également été conduites. Résultats : l'hiver est associé à une augmentation d'environ 20 % par rapport à l'été, du nombre de décès et de patients hospitalisés pour EP. La saisonnalité n'était pas modifiée par l'effet sexe mais variait selon l'âge des individus. L'augmentation hivernale du nombre de décès était de 28 % chez les plus de 65 ans contre seulement 7 % chez les moins de 65 ans. Les variations étaient similaires pour le nombre de patients hospitalisés. Discussion : une augmentation hivernale de la mortalité et du nombre des patients hospitalisés pour EP a été observée. Elle pourrait être liée à une vasoconstriction liée au froid, une diminution de l'activité physique et une activation de la coagulation liée aux infections hivernales. En période hivernale une vigilance accrue est nécessaire chez les sujets présentant des facteurs de risque. (R.A.)

VIe Congrès International d'Épidémiologie, 10-12 septembre 2014

Auteur : Olie V, Bonaldi C
Revue d'épidémiologie et de santé publique, 2014, vol. 62, p. S184