West Nile virus surveillance in Europe: moving towards an integrated animal-human-vector approach

Publié le 4 Mai 2017
Mis à jour le 10 septembre 2019

This article uses the experience of five European countries to review the integrated approaches (human, animal and vector) for surveillance and monitoring of West Nile virus (WNV) at national and European levels. The epidemiological situation of West Nile fever in Europe is heterogeneous. No model of surveillance and monitoring fits all, hence this article merely encourages countries to implement the integrated approach that meets their needs. Integration of surveillance and monitoring activities conducted by the public health authorities, the animal health authorities and the authorities in charge of vector surveillance and control should improve efficiency and save resources by implementing targeted measures. The creation of a formal interagency working group is identified as a crucial step towards integration. Blood safety is a key incentive for public health authorities to allocate sufficient resources for WNV surveillance, while the facts that an effective vaccine is available for horses and that most infected animals remain asymptomatic make the disease a lesser priority for animal health authorities. The examples described here can support other European countries wishing to strengthen their WNV surveillance or preparedness, and also serve as a model for surveillance and monitoring of other (vector-borne) zoonotic infections. Traduction du résumé : Cet article se base sur l'expérience de cinq pays européens pour analyser les approches intégrées (humaine, animale et vectorielle appliquées à la surveillance et au suivi du virus West Nile (VWN) aux niveaux national et européen. La situation épidémiologique de la fièvre du Nil occidental en Europe est hétérogène. Aucun modèle de surveillance et de suivi ne peut correspondre à l'ensemble de ces situations. Par conséquent, cet article encourage essentiellement les pays à mettre en oeuvre une approche intégrée adaptée à leurs besoins. L'intégration des activités de surveillance et de suivi menées par les autorités en charge de la santé publique, de la santé animale et de la surveillance et de la lutte anti-vectorielle devrait permettre d'améliorer l'efficacité et d'économiser des ressources, en mettant en oeuvre des mesures ciblées. La création d'un groupe de travail inter-agences formel est reconnue comme une étape cruciale pour une démarche intégrée. La sécurité transfusionnelle est une incitation forte pour que les autorités de santé publique allouent des ressources suffisantes pour la surveillance du VWN, alors que la maladie a une priorité moindre pour les autorités de santé animale car un vaccin efficace est disponible pour les chevaux et les animaux les plus infectés restent asymptomatiques. Les exemples décrits ici peuvent aider les pays européens qui souhaitent renforcer leur surveillance ou leur préparation au VWN, et servir également de modèle de surveillance et de suivi des autres infections zoonotiques à transmission vectorielle. (Traduction effectuée par l'Unité de valorisation scientifique de la Direction de la communication et du dialogue avec la société, de Santé publique France).

Auteur : Gossner CM, Marrama L, Carson M, Allerberger F, Calistri P, Dilaveris D, Lecollinet S, Morgan D, Nowotny N, Paty MC, Pervanidou D, Rizzo C, Roberts H, Schmoll F, Van Bortel W, Gervelmeyer A
Eurosurveillance, 2017, vol. 22, n°. 18, p. pii: 30526