Apport de l'épidémiologie d'intervention lors de catastrophes naturelles : l'exemple de l'ouragan Mitch en Amérique Centrale, 1998

Publié le 1 Janvier 2000
Mis à jour le 5 juillet 2019

En octobre 1998, l'ouragan Mitch provoquait plusieurs milliers de morts et laissait sans abris plusieurs centaines de milliers de personnes en Amérique Centrale. De nombreuses ressources agricoles et infrastructures furent détruites. Le 1er novembre, la France déployait un important dispositif d'aide humanitaire. Pour la première fois, des épidémiologistes du Réseau national de santé publique accompagnaient les équipes de secours français, Sécurité civile et Samu mondial. L'équipe d'épidémiologistes avaient pour objectifs : d'évaluer rapidement les risques épidémiques ; d'apporter un soutien épidémiologique au détachement français ; d'apporter un appui méthodologique aux autorités sanitaires locales pour l'investigation d'épidémies et la mise en place de systèmes de surveillance adaptés pour décrire l'épidémie de choléra sévissant au Guatemala et en évaluer la prise en charge ; évaluer et prévenir les risques sanitaires dus à la dissémination dans l'environnement de fûts renfermant des produits phyto-sanitaires au Honduras et prendre en charge une épidémie de leptospirose au Nicaragua. Cette expérience a montré l'utilité d'insérer l'outil épidémiologique dans un dispositif d'aide humanitaire. Cependant, la mise en oeuvre de l'approche épidémiologique dès la phase exploratoire permettait une meilleure adéquation des objectifs et moyens du dispositif avec les besoins sanitaires. C'est pourquoi, il est recommandé d'intégrer une dimension épidémiologique dans la programmation de l'aide humanitaire que la France est susceptible de mobiliser au cours de tels événements.

Auteur : Malfait P, Valenciano M, Ledrans M, Fleury M, Margenet Baudry A, Coulombier D
Médecine de catastrophe urgences collectives, 2000, vol. 3, p. 116-22