Portage nasal de Staphylococcus aureus chez des jeunes incorporés de la marine nationale

Publié le 6 Novembre 2007
Mis à jour le 10 septembre 2019

Introduction. Dans le cadre de la surveillance des infections staphylococciques dans les armées, une étude a été menée afin d'évaluer la prévalence du portage nasal du S. aureus au moment de l'entrée dans la vie militaire dans une population de jeunes incorporés issus du milieu civil. Méthode. L'étude, réalisée au sein de deux écoles de formation de la marine nationale entre janvier et mars 2006, comprenait un interrogatoire par questionnaire et un prélèvement nasal au moment de l'incorporation. Les S. aureus isolés ont fait l'objet d'un antibiogramme et de la recherche du gène de la leucocidine de Panton-Valentine (LPV+). Résultats. Sur 512 jeunes recrues incorporées, 169, soit 33,0 % (IC 95 % : 28,9 % - 37,3 %) étaient porteurs de S. aureus dans le nez. En dehors de la pénicilline G et de l'érythromycine, les isolats de S. aureus étaient très sensibles aux antibiotiques habituellement actifs contre cette bactérie. Les jeunes recrues qui présentaient une acné au moment de l'étude ou dans les deux ans précédents, avaient une prévalence du portage de S. aureus significativement supérieure à ceux qui ne présentaient pas d'acné (42,5 % vs 29,2 %, p<0,001). Une seule souche résistait à la méthicilline (0,6 %) et 3 étaient PVL + (1,8 %). Discussion. La prévalence du portage nasal de S. aureus (33 %) dans un groupe d'adultes jeunes issus de la population générale et n'ayant pas vécu en collectivité est comparable à celle estimée pour la population générale en France par le CNR en 2005 (30 %). La prévalence des résistances aux antibiotiques et de la LPV chez les S. aureus isolés, était basse dans cette population. (R.A.)

Auteur : Cavallo JD, Massit B, Chapalain JC, Brisou P, Garrabe E, Martinaud C, Koeck JL, Marsan P, Lucas D, Verret C, Romain O, Todesco A, Migliani R, Spiegel A
Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire, 2007, n°. 43, p. 370-2