Le point sur la situation épidémiologique actuelle de Staphylococcus aureus de sensibilité diminuée aux glycopeptides (vancomycine et teicoplanine) en France

Publié le 6 Juin 2000
Mis à jour le 5 juillet 2019

Pendant plus de trente ans, la vancomycine a été considérée comme l'antibiotique de choix pour le traitement des infections à Staphylococcus aureus résistants à la méticilline (SARM). Or, des souches de SARM de sensibilité diminuée ou, intermédiaires aux glycopeptides (vancomycine ou teicoplanine) ont été isolées lors d'infections échappant au traitement par ces antibiotiques, d'autres à la suite de transmission croisée. Il semble, au vue des données présentées que la modification de la sensibilité de S. aureus aux glycopeptides soit un phénomène évolutif depuis quelques années plutôt qu'un phénomène émergent.

Auteur : Allouch PY, Astagneau P, Aubry Damon H, Bismuth R, Brun Buisson C, Buu Hoi A, Carlet J, Chesneau O, Chaperon J, Courvalin P, Desenclos JC, Drucker J, Drugeon H, El Solh N, Etienne J, Fabry J, Gutmann L, Jarlier V, Joly C, Kac G, Leclercq R, Legrand P, Mainardi JL, Meunier O, Parneix P, Pierre V, Podglajen I, Ploy MC, Rauss A, Reverdy ME, Savey A, Soussy CJ, Struelens MJ, Tran B
Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire, 2000, n°. 23, p. 97-9