Surveillance des infections nosocomiales en réanimation adulte. Réseau REA-Raisin, France, résultats 2011

Publié le 1 Février 2013
Mis à jour le 5 juillet 2019

La surveillance des infections nosocomiales (IN) en réanimation est prioritaire car les patients ont un risque infectieux plus élevé du fait de leur état critique et des dispositifs invasifs auxquels ils sont exposés. Depuis 2004, la surveillance coordonnée par le Réseau d'alerte, d'investigation et de surveillance des IN (Raisin) en réanimation cible les infections liées à un dispositif invasif pour lesquelles une démarche de prévention est essentielle : pneumonie (PNE), colonisation ou infection ou bactériémie (COL/ILC/BLC) liée au cathéter veineux central (CVC), infection urinaire (URI) et bactériémie (BAC). Chaque année, les services volontaires recueillent pendant 6 mois les données concernant tout patient hospitalisé plus de 2 jours (j). De janvier à juin 2011, 184 services ont inclus 27 722 patients (âge moyen : 63 ans), hospitalisés en moyenne 11,6 j et dont 68,7 % relèvent à l'admission de la médecine, 18,6 % de chirurgie urgente et 12,8 % de chirurgie réglée ; 9,3 % des patients sont traumatisés, 14,0 % immunodéprimés et 57,5 % ont reçu un traitement antibiotique à l'admission. Le score IGS II moyen est de 43,9 et la mortalité intra-service de 18,5%. L'exposition à un dispositif invasif est fréquente : intubation (66,2 %), CVC (65,3 %) et sonde urinaire (87,2 %). Parmi les 27 722 patients, 13,1 % ont présenté au moins une infection ; 11,2 % des CVC mis en culture ont présenté un résultat positif (COL/ILC/BLC). Les micro-organismes les plus fréquemment isolés sont P. aeruginosa (14,8 %), E. coli (11,8 %), S. aureus (11,1 %), S. epidermidis (7,1 %) et Klebsiella pneumoniae (5,6 %) ; 27,8 % des souches de S. aureus sont résistantes à la méticilline (48,7 % en 2004). Concernant les entérobactéries, 19,1 % des souches sont productrices de BLSE et 2,4 % sont résistantes à l'imipénème. Les taux d'incidence sont de 14,92 PNE pour 1000 j-intubation, 3,73 URI pour 1000 j-sondage, 3,63 BAC pour 1000 j d'hospitalisation, 0,84 ILC et 0,66 BLC pour 1000 j-CVC. Ces taux varient fortement d'un service à l'autre en lien avec les caractéristiques des patients. De 2004 à 2011 sur l'ensemble du réseau, alors que certains facteurs de risque augmentent (âge, IGS II, antibiotiques à l'entrée, exposition aux dispositifs invasifs), on observe une diminution des incidences pour les URI (-55,2 %), les PNE (-8,2 %) et une augmentation pour les BAC (+9,7 %). Depuis 2007, l'incidence des BLC a baissé de -33,3 % et celle des ILC de 39,1 % alors que la proportion de cultures de CVC positives est restée assez stable (-6,7 %). Ces données constituent une référence nationale pour mieux connaître les IN en réanimation et permettre aux services participants d'évaluer et orienter leurs mesures de prévention. (R.A.)

Auteur : Savey A, Machut A, Réseau d'alerte d'investigation et de surveillance des infections nosocomiales (RAISIN)
Année de publication : 2013
Pages : 30 p.