Surveillance des infections associées aux dispositifs invasifs. Mission nationale SPIADI. Résultats de la surveillance menée en 2019

Publié le 13 Juillet 2021
Mis à jour le 06 aout 2021

Aujourd'hui, 30 millions de cathéters sont utilisés chaque année dans les établissements de santé français, et près de 30 % des patients sont porteurs d'au moins un cathéter. L'utilisation de ces dispositifs est associée à des infections graves, en particulier des bactériémies. Ces infections sont une cause importante de mortalité et de morbidité, et la prise en charge des patients infectés est responsable d'un surcoût. En 2017, l'enquête nationale de prévalence a montré que 0,15 % des patients des services hors réanimation présentaient une bactériémie associée à un cathéter veineux central. Avec l'utilisation croissante des chambres à cathéter implantable et des cathéters centraux à insertion périphérique, les bactériémies associées aux dispositifs invasifs concernent aujourd'hui un nombre croissant de patients en dehors des services de réanimation. Les infections associées aux DIV sont parmi les infections les plus évitables. Une stratégie associant la surveillance des infections et feed-back rapide des résultats, l'observation des pratiques et la formation des professionnels de santé en charge de la pose et des manipulations des cathéters, permet de réduire jusqu'à 50% les infections liées aux cathéters centraux. Diminuer le nombre des infections associées aux cathéters est une priorité nationale inscrite dans l'axe 3 du programme national de prévention des infections associées aux soins (PROPIAS) pour les 5 années à venir. Sous l'autorité de l'agence Santé Publique France, la mission nationale de surveillance et de prévention des infections associées aux dispositifs invasifs (SPIADI) a élaboré un programme visant à diminuer l'incidence des infections associées aux dispositifs invasifs. Un site internet dédié à la mission a été créé (SPIADI.fr) et ouvert le 1er décembre 2018. Le programme comporte 3 volets en synergie : la surveillance des infections 3 mois chaque année pour l'ensemble des secteurs de soins, une campagne annuelle d'observation des pratiques, et la formation. Pour la 1re année de fonctionnement, les volets surveillance et formation ont été mis en oeuvre. Nous rapportons ici les principaux résultats et enseignements de la 1re enquête de surveillance nationale des bactériémies associées aux cathéters qui s'est déroulée du 1er janvier au 30 avril 2019.Le protocole de surveillance SPIADI 2019 comportait 5 modalités au choix : BactADI, surveillance " UNIT-BASED " des bactériémies liées aux cathéters, recommandée pour tous les services hors réanimation; 4 modalités " PATIENT-BASED " : DIA-InfADI, surveillance des infections liées aux sites d'accès vasculaire pour l'hémodialyse, en continuité avec la surveillance DIALIN ; NEO-InfADI, surveillance des infections liées aux CVC et CVO et des sepsis chez les nouveau-nés porteurs de CVC ou de CVO, en continuité avec la surveillance NEO-Cat ; REA-BactADI, surveillance en réanimation (adulte et pédiatrique) des bactériémies liées aux cathéters; REA-InfADI, surveillance en réanimation (adulte et pédiatrique) des infections liées aux cathéters et des pneumopathies, en continuité avec la surveillance REA-Raisin. La surveillance a été réalisée pendant 3 mois entre le 1er janvier et le 30 avril 2019. 1001 établissements de santé ont participé.

Auteur : Van Der Mee-Marquet Nathalie, Decalonne Marie, Gimenes Rémi, Goube Florent
Année de publication : 2021
Pages : 86 p.
Collection : Données de surveillance