Hépatite aiguë C : infection nosocomiale ou communautaire ?

Publié le 17 Mai 2010
Mis à jour le 5 juillet 2019

En 2008, une infection aiguë par le virus de l'hépatite C (VHC) a été diagnostiquée lors du bilan pré-greffe d'une patiente de 29 ans atteinte de mucoviscidose. Une investigation épidémiologique a été réalisée pour déterminer les facteurs de risque éventuels de la contamination. Les investigations n'ont pas retrouvé d'argument en faveur d'une contamination par le VHC au sein de l'établissement. L'un des trois personnels soignants ayant réalisé des soins au domicile de la patiente était séropositif pour le VHC, statut sérologique ignoré avant le dépistage en juillet 2009. Les analyses génétique et phylogénique des souches de VHC issues de la patiente et du soignant ont montré que les deux souches étaient proches. Ces analyses ne permettent en aucun cas de préjuger du sens de la contamination. L'évaluation des pratiques de soins à domicile reste nécessaire afin d'évaluer le risque encouru par les personnes soignées par un professionnel séropositif. (R.A.)

Auteur : Bourigault C, Nael V, Garnier E, Coste Burel M, Chevaliez S, Villers D, Abbey H, Haloun A, Pawlotsky JM, Senechal H, Ponge A, Thiolet JM, Lepelletier D
BEHWeb, 2010, n°. 1, p. 4 p.