La consommation de fruits de mer et la conscience du risque d'acquisition de l'hépatite A parmi des familles napolitaines - Italie, 1997

Publié le 1 Octobre 1998
Mis à jour le 10 septembre 2019

En 1996, 15% des hépatites A déclarées en Italie étaient originaires de Campanie, l'incidence la plus élevée étant rapportée à Naples. La consommation de coquillages crus ou insuffisamment cuits est responsable de 70% des cas d'hépatite A rapportés en Italie dans les dernières années et plusieurs épidémies récentes d'hépatite A sont liées à cette consommation. Cet article présente les résultats d'une enquête téléphonique menée, en 1997 sur des foyers de Naples, afin de déterminer la fréquence de la consommation de coquillages, leur mode de cuisson, les conditions de vente et le degré de connaissance de l'hépatite A et de sa transmission. Les résultats de l'enquête ont confirmé que la consommation de coquillages est très répandue à Naples et suggèrent que les fruits de mer crus sont consommés plus souvent qu'il n'était prévu. Même les coquillages cuits n'avaient souvent pas subi une cuisson suffisante pour inactiver le virus de l'hépatite A. (R.A.)

Auteur : Salamina G, d'Argenio P
Eurosurveillance, 1998, vol. 3, n°. 10, p. 97-8