Caractérisation des femmes ne réalisant pas de dépistage du cancer du col de l'utérus par frottis cervico-utérin en France.

Publié le 24 Janvier 2017
Mis à jour le 10 septembre 2019

Introduction : l'Institut national du cancer a conduit une étude visant à caractériser les populations vulnérables et les femmes non-participantes au dépistage du cancer du col de l'utérus (CCU), en amont de la généralisation du programme de dépistage organisé (DO). Méthodes : l'étude est une analyse transversale des données de l'Échantillon généraliste des bénéficiaires (EGB) de l'Assurance maladie sur la période 2010-2013. Elle a porté sur 125 519 femmes. Résultats : près de 40% des femmes n'avaient réalisé aucun dépistage en quatre ans. Les taux de non-participation au dépistage augmentaient à partir de l'âge de 50 ans, chez les femmes ayant un moindre recours au système de santé, en ALD, en invalidité et présentant des caractéristiques socioéconomiques défavorables. Près de 60% des femmes non-participantes résidaient dans une commune identifiée comme défavorisée et 15% étaient bénéficiaires de la CMUc. Conclusion : les résultats sont cohérents avec les données issues de la littérature. La caractérisation au plan quantitatif des femmes non-participantes et des populations vulnérables permet d'évaluer les moyens que le programme de DO CCU devra déployer. Toutefois, pour mieux atteindre ces populations, des approches qualitatives ciblées devront être conduites en complément, dans une démarche d'universalisme proportionné.

Auteur : Barre S, Massetti M, Leleu H, Catajar N, de Bels F
Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire, 2017, n°. 2-3, p. 39-47