Gastro-entérites aiguës : bilan de la surveillance hivernale 2019-2020

Santé publique France publie le bilan annuel de surveillance hivernale 2019-2020 de la gastro-entérite aiguë en France métropolitaine, marqué par deux événements majeurs et notamment une baisse historique des GEA jamais observée sur les 10 dernières années. 

Mis à jour le 30 avril 2021

La gastro-entérite aiguë : rappels sur la maladie

Les gastro-entérites aiguës (GEA) hivernales sont principalement d’origine virale, avec une circulation dominante des norovirus et des rotavirus. Les norovirus sont responsables de GEA chez les personnes de tous âges alors que les rotavirus touchent majoritairement les enfants de moins de 5 ans. Une recrudescence hivernale des cas est observée chaque année, en France, comme en Europe, générant une augmentation des consultations médicales pour GEA habituellement entre décembre et avril. Un pic est souvent observé au cours des deux premières semaines de janvier. 

Les chiffres-clés de la gastro-entérite aiguë
Infographie concernant la gastro-entérite aiguë

Une activité pour GEA fluctuante sur la saison hivernale 2019-2020

Un pic important observé en lien avec un épisode de toxi-infections alimentaires collectives dans plusieurs régions métropolitaines

Comme les deux saisons précédentes une augmentation du nombre de cas de GEA a été observée en début de saison hivernale, suivie d’une forte progression des passages aux urgences hospitalières et en médecine générale fin décembre 2019 - début janvier 2020, supérieure aux pics des 7 saisons précédentes en semaine 01-2020, et atteignant 3,1% de l’activité totale aux urgences hospitalières.

Cette recrudescence du nombre de cas de GEA coïncidait avec une survenue importante et inhabituelle de toxi-infections alimentaires collectives ayant impacté plusieurs régions métropolitaines en lien avec une consommation d’huitres contaminées survenue en 2019* lors des fêtes de fin d’années. 

Une forte diminution de l’activité à des niveaux historiquement bas, très probablement en lien avec les mesures mises en place durant la pandémie de Covid-19

Suite au premier confinement (Mars-Avril 2020) instauré dans le cadre de la pandémie de Covid-19, de très faibles niveaux d’activité pour GEA ont été enregistrés à partir des mois de mars et d’avril 2020 au sein des urgences hospitalières et en médecine générale (Réseau Sentinelles et SOS Médecins).

En effet, la proportion de passages aux urgences pour gastro-entérites a fortement diminué en début d’année 2020 pour atteindre des niveaux historiquement bas et ensuite se stabiliser à 0,5% d’activité à partir d’avril 2020. D’après les données du Réseau Sentinelles, la saison hivernale 2019-2020 a été caractérisée par le plus faible taux d’incidence cumulé des cas de diarrhées aiguës vus en consultation de médecine générale sur les 10 dernières saisons.

Cette diminution historique de l’activité épidémique pour gastro-entérites aiguës en France est très probablement en lien avec les mesures instaurées dans le cadre de la pandémie de COVID-19 (confinement, distanciation physique, renforcement de l’hygiène des mains). De tels niveaux n’ont pas été observés sur 10 années de données rétrospectives pour tous les indicateurs de surveillance.

Points clés 2019 – 2020 concernant la gastro-entérite aigue 

La période d’analyse correspond à la période de surveillance hivernale, soit du 18 novembre 2019 au 13 avril 2020. 

  • 96 713 passages aux urgences hospitalières, soit 1,6% des passages aux urgences. 44,4% des passages pour gastro-entérites aiguës concernaient des enfants âgés de moins de 5 ans.
  • 144 499 consultations SOS Médecins pour gastro-entérites aiguës, soit 8,7% des consultations totales.
  • Taux d’incidence cumulée au Réseau Sentinelles: 
    • 2 963 cas pour 100 000 habitants tous âges confondus
    • 6 605 cas pour 100 000 habitants, chez les enfants de moins de 5 ans, population la plus touchée au cours de cette période.
  • Prédominance du norovirus de génotype GII.4 2012[P16], suivi du génotype GII.17[P17].
  • Important pic d’activité observé fin décembre 2019-début janvier 2020, concomitant avec une importante recrudescence de toxi-infections alimentaires collectives en lien avec une consommation d’huitres 
  • Suite au premier confinement instauré dans le cadre de la pandémie de la Covid-19, de très faibles niveaux d’activité ont été enregistrés à partir de la semaine 13-2020 

 

Figure 1 – Evolution hebdomadaire de la proportion de passages aux urgences hospitalières pour GEA en métropole, tous âges, données Oscour, saison 2019-2020

Figure 1 – Evolution hebdomadaire de la proportion de pas-sages aux urgences hospitalières pour GEA en métropole, tous âges, données Oscour, saison 2019-2020

 

Figure 2 – Nombre de patients et proportion de passages aux urgences hospitalières pour GEA en métropole, données Oscour, saison 2019-2020

Figure 2 – Nombre de patients et proportion de passages aux urgences hospitalières pour GEA en métropole, données Oscour, saison 2019-2020

Rappel des mesures pour prévenir la gastro-entérite aiguë 

Santé publique France rappelle les mesures de prévention à adopter au quotidien mais aussi sur les mesures permettant de prévenir la principale complication de la gastro-entérite aiguë : la déshydratation pouvant être particulièrement grave chez les nourrissons et les personnes âgées.

  • Se laver fréquemment les mains (privilégier l’eau et savon, sinon une solution hydroalcoolique) pendant 30 secondes, en frottant les ongles et le bout des doigts. C’est une des meilleures façons de limiter la transmission des virus entériques.
  • Nettoyer soigneusement et régulièrement les surfaces à risque élevé de transmission (dans les services de pédiatrie, les crèches, les institutions accueillant les personnes âgées), certains virus (rotavirus et norovirus) étant très résistants dans l’environnement.
  • Se réhydrater précocement à l'aide des solutés de réhydratation orale (SRO), en particulier chez le nourrisson, afin de prévenir les complications de la diarrhée aiguë.

Les missions de Santé publique France en matière de surveillance et de prévention de la gastro-entérite aiguë

  • Surveiller l’évolution épidémiologique des gastro-entérites aiguës virales
  • Informer le grand public sur les mesures de prévention