Recrudescence des prises de risque et des MST parmi les gays. Résultats préliminaires de l'Enquête Presse Gay 2000

Publié le 1 Mai 2001
Mis à jour le 5 juillet 2019

Menée auprès de 4753 répondants, l'Enquête presse gay 2000 avait pour objectif de dresser un état de la prévention parmi les homosexuels masculins vivant en France. Bien que la plupart des répondants continuent à gérer efficacement la prévention, des évolutions très nettes - il s'agit des premières observées depuis 1985 - apparaissent dans les comportements préventifs. Par rapport à la situation observée lors de l'enquête 1997, l'utilisation du préservatif pour la pénétration s'est faite, en 2000, moins fréquente dans les couples, en particulier séroconcordants négatifs et, par ailleurs, sérodifférents. De surcroît, la baisse de la prévention est la plus nette avec les partenaires occasionnels. Bien que visible sur tout le territoire et dans de nombreux groupes, le relâchement de la prévention avec les partenaires occasionnels apparaît le plus important chez Franciliens, chez les jeunes, les multi-partenaires et, plus encore, parmi les gays séropositifs. Des évolutions nettes s'observent également dans la fréquence des prises de risque : entre 1997 et 2000, les déclarations de pénétration non protégées isolées ont peu évolué à la différence des déclarations d'expositions répétées (voire régulières) au risque. Certains gays semblent s'être progressivement habitués à des expositions au risque répétées et être passés, au fil du temps, de prises de risque ponctuelles (ou accidentelles) à des expositions plus fréquentes. Ce phénomène de banalisation des comportements de non protection pourrait entraîner des conséquences importantes en termes de dynamique de l'épidémie de VIH/Sida comme le suggère la recrudescence des MST également observée. Des facteurs comme le jeune âge, un nombre de partenaires élevé, la séropositivité, etc. rendent plus complexes la gestion des risques mais il faut également considérer d'autres influences. Les dépressions sont fréquentes parmi les gays. Au cours des dernières années, la culture et les pratiques sexuelles des gays se sont modifiées de même que, sous l'effet des nouveaux traitements, leurs perceptions du risque de transmission du VIH. Les connaissances apportées sur ces divers changements permettent de formuler des pistes pour orienter la prévention. (R.A.)

Auteur : Adam P, Hauet E, Caron B
Année de publication : 2001
Pages : 56 p.