Projection de l'incidence et de la mortalité par cancer en France métropolitaine en 2017

Publié le 1 Janvier 2017
Mis à jour le 5 juillet 2019

Objectif : les projections d'incidence et de mortalité par cancer permettent d'estimer pour l'année en cours les nombres attendus de nouveaux cas et de décès par cancer au niveau national. Cette publication bisannuelle permet d'appréhender de façon réactive les besoins de la population en matière de prise en charge des cancers. Ce travail s'inscrit dans l'objectif 15 du Plan Cancer 2014-2019 " Appuyer les politiques publiques sur des données robustes et partagées ". Méthode : les projections sont issues d'une modélisation statistique à partir des données d'incidence collectées par les registres des cancers du réseau Francim et des données de mortalité fournies par le Centre d'épidémiologie sur les causes médicales de décès/Institut national de la santé et de la recherche médicale (CépiDc, Inserm) sur la période 1975-2013. Trois scénarios d'évolution de l'incidence et de la mortalité entre 2013 et 2017 ont été considérés : A prolongation de la tendance récente, B taux constant depuis 2013, et C prolongation de la tendance moyenne 1980-2013. Le scénario A est privilégié a priori, mais pour certains cancers, les connaissances épidémiologiques peuvent amener à retenir un autre scénario : le choix du scénario est alors motivé en commentaire. Dix-neuf localisations tumorales solides ont été analysées. Pour l'incidence, le scénario A a été retenu pour l'ensemble des localisations sauf pour le larynx chez la femme où le scénario C a privilégié la poursuite de l'augmentation de l'incidence. Pour la prostate, compte-tenu de l'incertitude sur l'évolution à très court terme de l'incidence, seule l'estimation en 2013 est rapportée. Le scénario A a été retenu pour les projections de mortalité pour toutes les localisations sauf pour le foie (scénario B) et le système nerveux central (scénario C). Les projections " tous cancers " intègrent les estimations réalisées pour les hémopathies malignes bien que non présentées dans ce rapport. Résultats : en 2017, le nombre de nouveaux cas de cancer en France métropolitaine est estimé à 214 000 chez l'homme et 185 500 chez la femme, soit des taux standardisés (population mondiale) respectifs de 353,2 et 284,5 pour 100 000 personnes-années. Le nombre de décès est estimé à 84 000 chez l'homme et 66 000 chez la femme, soit respectivement 119,2 et 71,7 décès pour 100 000 personnes-années. Chez l'homme, les cancers de la prostate (quel que soit le scénario envisagé pour ce cancer), du poumon et du côlon-rectum sont les plus fréquents en termes de nouveaux cas de cancers. Le cancer du poumon occupe toujours le premier rang du nombre de décès devant les cancers du côlon-rectum et de la prostate. Les décès par cancer du foie occupent le 4e rang. Chez la femme, les cancers du sein, du côlon-rectum et du poumon restent les plus fréquents. Le cancer du sein est en tête pour le nombre de décès par cancer, mais il est suivi de près par le cancer du poumon, devant le cancer du côlon-rectum.

Auteur : Jehannin Ligier K, Molinie F, Defossez G, Daubisse Marliac L, Dantony E, Uhry Z, Remontet L, Bossard N
Année de publication : 2017
Pages : 80 p.