Où meurt-on en France ? Analyse des certificats de décès (1993-2008)

Publié le 11 December 2012
Mis à jour le 5 juillet 2019

Contexte. Il existe aujourd'hui une volonté de déshospitalisation de la mort, dans un contexte de maîtrise des dépenses de santé et en accord avec les souhaits et besoins de la population. Cependant, très peu d'études ont été menées en France permettant de mieux cerner les facteurs associés aux décès à l'hôpital. Méthode. La répartition des lieux de décès a été étudiée selon des facteurs démographiques et écologiques en utilisant les données des certificats de décès, enrichies de données externes (densité de l'offre médicale, densité des maisons de retraite). L'étude, réalisée dans le cadre des travaux de l'Observatoire national de la fin de vie avec la collaboration du Centre d'épidémiologie sur les causes médicales de décès de l'Inserm, a porté sur l'ensemble des décès survenus en France entre 1993 et 2008. Résultats. En 2008, 57% des décès sont survenus à l'hôpital, 27% à domicile, 11% en maison de retraite et 5% dans d'autres lieux. La proportion de décès à l'hôpital est restée globalement stable au cours de ces 15 dernières années. Elle tend cependant à augmenter pour les décès dus à des tumeurs, et à diminuer pour les maladies du système nerveux. Elle varie selon l'âge, la cause du décès et la région de domicile, mais est peu affectée par la densité de l'offre médicale et des maisons de retraite. Conclusion. Cette étude met en évidence la forte médicalisation de la fin de vie en France par rapport à certains autres pays européens, en particulier pour les tumeurs et les maladies cérébrovasculaires. Elle souligne également de fortes variations départementales de la fréquence de décès à l'hôpital, même après contrôle des variables individuelles et environnementales.(R.A.)

Auteur : Gisquet E, Aouba A, Ghosn W, Aubry R, Jougla E, Rey G
Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire, 2012, n°. 48, p. 547-51