Méthode d'identification et de hiérarchisation des substances reprotoxiques pour la construction de valeurs toxicologiques de référence

Publié le 1 Janvier 2009
Mis à jour le 5 juillet 2019

La reproduction humaine est une fonction biologique particulièrement sensible. Depuis plusieurs décennies, des modifications des fonctions de reproduction ont été rapportées chez l'homme et contribuent à l'intérêt que les pouvoirs publics portent aux substances chimiques reprotoxiques. L'Agence française de sécurité sanitaire de l'environnement et du travail (Afsset) a proposé en 2004 de construire une expertise française sur les valeurs toxicologiques de référence (VTR) fondées sur des effets reprotoxiques. L'un des objectifs a été d'identifier les substances chimiques possédant un potentiel reprotoxique afin de les hiérarchiser pour mieux cibler les travaux de construction de VTR à entreprendre. Une liste de substances potentiellement reprotoxiques a été élaborée à partir des classifications réglementaires et des listes informatives de substances reprotoxiques en Europe et aux États-Unis. Au total, 445 substances potentiellement reprotoxiques ont été identifiées. Une hiérarchisation de ces substances a été réalisée par rapport à la pertinence des sources de données utilisées et à l'occurrence des substances dans les listes prioritaires retenues. Un score total, calculé comme le produit de scores indirects de danger et d'exposition rapportés à une même échelle de valeurs, a été attribué à chacune des substances. Les substances qui apparaissent comme étant les plus préoccupantes sont certains phtalates, métaux, éthers de glycol et les alkylphénols. L'approche fondée sur le calcul d'un score est une approche largement utilisée dans la définition de priorités aussi bien au niveau européen qu'au niveau international. Bien qu'un certain nombre de limites aient été mises en évidence dans la méthode proposée, elle apparaît utile comme étape préliminaire à l'étude approfondie de l'opportunité et de la pertinence de la construction d'une VTR fondée sur des effets reprotoxiques pour les substances jugées prioritaires. (R.A.)

Auteur : Bonvallot N, Mullot JU, Solal C, Dor F
Environnement risques & santé, 2009, vol. 8, n°. 2, p. 119-31