Maladies thyroïdiennes dans la cohorte SU.VI.MAX. Estimation de leur incidence et des facteurs de risque associés, 1994-2002

Publié le 1 Août 2009
Mis à jour le 5 juillet 2019

Depuis les années soixante-dix, l'incidence du cancer de la thyroïde augmente en France. L'Institut de veille sanitaire a été chargé d'identifier les facteurs de risque pouvant expliquer cette augmentation. Les maladies thyroïdiennes biologiques ou morphologiques sont identifiées comme des facteurs de risque présumés de ces cancers. Notre étude a permis d'estimer l'incidence des maladies thyroïdiennes et leurs facteurs de risque grâce aux données recueillies auprès d'adultes ayant participé à l'étude SU.VI.MAX et suivis pendant huit ans. Nos résultats montrent que les femmes étaient plus affectées par les maladies thyroïdiennes que les hommes après 45 ans. Le risque de survenue d'une hypothyroïdie était prédominant par rapport au risque de survenue d'une hyperthyroïdie. Les facteurs de risque d'une hypothyroïdie identifiés étaient l'âge et une consommation d'alcool supérieure à 15 g/jour ainsi que, dans une moindre mesure, la région de résidence, le niveau d'études et la gestité. L'incidence et les facteurs associés aux dysthyroïdies sont cohérents avec les données d'études conduites dans d'autres pays. L'analyse de l'incidence des anomalies morphologiques a montré une faible incidence de goitre, alors que l'incidence des nodules est plus élevée dans notre population que dans la littérature. Le statut en iode et en thiocyanate urinaire, chez les hommes ainsi que la contraception orale chez les femmes, étaient des facteurs associés au risque de survenue d'anomalies morphologiques. Peu d'études relatives aux anomalies morphologiques ont été conduites au niveau international, et les facteurs de risque décrits dans notre population mériteront des investigations complémentaires. Cette étude permet également de souligner que les maladies thyroïdiennes sont fréquentes dans la population générale et propose des données de référence sur leur incidence dans la population adulte. Ces données sont utiles pour l'identification d'éventuels excès de risques des affections thyroïdiennes localement. (R.A.)

Auteur : Estaquio C, Castetbon K, Valeix P
Année de publication : 2009
Pages : 58 p.