Étude d'incidence des cancers sur l'archipel de Saint-Pierre-et-Miquelon. Rapport d'étude

Publié le 1 Mars 2008
Mis à jour le 5 juillet 2019

En octobre 2005, la Direction des affaires sanitaires et sociales de Saint-Pierre-et-Miquelon a sollicité l'Institut de veille sanitaire pour un appui technique dans l'investigation d'une suspicion d'excès de cancers et de leucémies rapporté par la population locale. Une étude exploratoire a été réalisée afin de mesurer rétrospectivement l'incidence des cancers dans l'archipel et de la comparer aux fréquences estimées ou observées en France métropolitaine et dans les Îles de la Madeleine (Canada). Un cas a été défini comme toute tumeur maligne invasive diagnostiquée entre le 01/01/1998 et le 31/12/2006 chez une personne résidant à Saint-Pierre-et-Miquelon, à l'exception de toute récidive et métastase. Les données nécessaires au recensement des cas ont été recueillies principalement dans les dossiers d'évacuation sanitaire de la caisse de prévoyance sociale. Des ratios standardisés d'incidence ont été calculés pour toutes les localisations confondues et pour les leucémies, ainsi que pour des localisations cancéreuses pour lesquelles la littérature indique une relation possible avec une exposition aux fumées d'incinération d'ordures. Nous avons recensé 233 cas de cancers sur l'archipel entre 1998 et 2006. Nous n'avons pas observé de différence significative entre la fréquence des cancers, pris dans leur ensemble, chez les habitants de Saint-Pierre-et-Miquelon et dans la population française métropolitaine. Les cancers, toutes localisations confondues, et le cancer du poumon sont moins fréquents dans l'archipel que dans les Îles de la Madeleine. En revanche, l'incidence observée des leucémies aiguës est significativement plus élevée à Saint-Pierre-et-Miquelon que dans les populations prises en référence. Malgré les biais qui ont pu conduire à une surestimation du ratio standardisé d'incidence de leucémies aiguës et les fluctuations aléatoires de la distribution des maladies, on ne peut exclure que ces résultats soient la conséquence d'une exposition à un ou plusieurs facteurs de risques communs aux cas. Compte tenu de cette observation épidémiologique, il est recommandé : - de réaliser une description de tous les cas de leucémies aiguës recensés dans l'étude afin de repérer la présence éventuelle de facteurs de risque commun ; - de mettre en place une surveillance prospective des cas de cancer sur l'archipel (R.A.)

Auteur : Economopoulou A, Vanbockstael C, Bondonneau M, Germonneau P, Empereur Bissonnet P
Année de publication : 2008
Pages : 22 p.